Décryptage des plantations Socfin/Bolloré, grâce à Profundo

TWITTER
FACEBOOK

GRAIN | 2 Avr 2020 [EN]

Décryptage des plantations Socfin/Bolloré, grâce à Profundo

En février 2020, Profundo, un groupe de recherche indépendant néerlandais, a publié un guide révélant la structure actionnariale cachée derrière les plantations de palmiers à huile et d’hévéa de Socfin en Afrique et en Asie. [1] Socfin est une holding dont le siège est au Luxembourg. Ses principaux actionnaires sont le Belge Hubert Fabbri et le Français Vincent Bolloré, et leurs familles, qui sont liés par de nombreux partenariats d’affaires.

Par l’intermédiaire d’un vaste réseau de holdings et de sociétés operationelles, Socfin contrôle quelque 400 000 hectares de concessions foncières dans dix pays. La moitié de ces terres est actuellement occupée par des plantations industrielles.

Le rapport de Profundo explique les relations entre les diverses entités de Socfin de manière très claire et pédagogique. Ainsi, nous y voyons beaucoup plus nettement que dans certains documents que la participation du groupe Bolloré n’est pas limitée à ses 39 % de participation directe dans Socfin. Le groupe français détient également 22 % de Socfinasia et 8 % de Socfinaf, deux entités dont Socfin (lui-même détenu en partie par Bolloré) détient la part majoritaire.

On apprend aussi que si 2018 - dernière année pour laquelle on dispose de données complètes - n’a pas été une bonne année pour les prix de l’huile de palme et du caoutchouc au niveau mondial, les membres des familles Fabri et Bolloré qui font partie du conseil d’administration des différentes sociétés ont empoché des dividendes et rémunérations estimés à 30 millions d’euros. C’est l’équivalent de la moitié des bénéfices générés par toutes les activités de Socfin cette année-là !

Pour aider à partager plus largement le rapport de Profundo, nous en avons tiré deux infographies [2]. L’une reproduit un graphique qui montre la structure de propriété des plantations et les revenus qui en découlent. L’autre résume les conclusions du rapport sur la question des bénéficiaires.

Le rapport ne parle pas des conséquences de ces plantations sur les communautés riveraines. Mais ce genre d’information est disponible auprès des communautés elles-mêmes ; on la trouve aussi dans de nombreux rapports produits par leurs alliances et alliés. [3]

Nous espérons que ces infographies seront utiles comme outils éducatifs pour les discussions stratégiques parmi les villageois affectés par ces plantations et des plantations similaires, ainsi que les ONG partenaires.

_________________________

[1] Pour télécharger le rapport de Profundo en anglais ou en français : https://www.profundo.nl/projecten/unravelling-the-socfin-group

[2] Pour télécharger les infographies de GRAIN afin de les imprimer en format PDF :
La structure de propriété des plantations et La question des bénéficiaires

[3] Pour avoir plus de détails sur les impacts de ces plantations sur les communautés et leurs manières de résister, voir l’ensemble d’articles disponibles sur farmlandgrab.org : https://www.farmlandgrab.org/cat/show/700

Original source: GRAIN
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment