S’attaquer aux causes profondes de la déforestation au Liberia

TWITTER
FACEBOOK
« La question de l'accaparement des terres et des inquiétudes suscitées par la déforestation dans les zones de concession ont sérieusement limité la concession pour une production d’huile de palme efficace » selon Francis Mwah du Ministère de l'agriculture
Commodafrica | 18 juin 2018

S’attaquer aux causes profondes de la déforestation au Liberia

Traiter la déforestation via les chaines d’approvisionnement des commodités c’est l’ambition du Partenariat pour une croissance saine (Good Growth Partnership “Taking Deforestation out of Commodity Supply Chains”) lancé la semaine dernière par le ministère de l’Agriculture du Libéria et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Initié par le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et dirigé par le programme Green Commodities du PNUD, le partenariat ambitionne de s’attaquer aux causes profondes de la déforestation provoquées par les produits agricoles, et en particulier l’huile de palme pour le Liberia, pilier essentiel de l’agriculture libérienne. Sera promue une production durable du palmier à l’huile dans quatre comtés pilotes situés dans l’ouest du pays à savoir Bomi, Cape Mount, Gbarpolu et Bong.

« Au Libéria, le Partenariat pour une croissance saine s'appuie sur le travail du gouvernement et des partenaires d'exécution pour modifier de manière systémique la façon dont le palmier à huile est produit au Libéria, afin d'encourager une productivité accrue sans expansion dans les forêts. Pour y parvenir, le partenariat rassemblera diverses parties prenantes autour d'une vision commune et d’un plan d'action - une stratégie nationale sur le palmier à huile - et soutiendra le gouvernement libérien pour renforcer son soutien aux agriculteurs et réformer les lois, les politiques et les systèmes d'application », a déclaré Ronald Cumberbatch, chef du projet.

Rappelant que 220 000 personnes au Libéria étaient impliqué dans l’huile de palme et que le Liberia avait depuis 2008 accordé plusieurs concessions dans l’huile de palme avec notamment Equatorial Oil Palm, Sime Darby ou Golden Veroleum, Francis Mwah, personne focale du partenariat au ministère de l’Agriculture, a souligné « La question de l'accaparement des terres et des inquiétudes suscitées par la déforestation dans les zones de concession ont sérieusement limiter la concession pour une production d’huile de palme efficace. Sur les 873 143 hectares de concessions brutes, seuls 15 021 hectares ont été plantés depuis 2010 ».

D’une durée de 4 ans, Good Growth Partnership disposera d’un budget de $2 milliards.
Original source: Commodafrica
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment