français

Cameroun : Des femmes qui refusent de se taire

Louise Nkakè affirme qu’un jour des soldats l’ont agressée et poussée violemment avec leurs fusils pour ensuite lui confisquer les noix qu’elle cuisait sous prétexte que celles-ci auraient volées dans la plantation de la Socapalm. Elle a insisté sur le fait qu’il s’agissait de ses propres noix.