Mauritania

Mauritanie : halte à la confiscation des terres

Il y a un an, les populations de Boghé apprennent par un simple avis au public préfectoral que 40 000 hectares de leurs terres vont être « mis à disposition » d’une entreprise saoudienne. Depuis, elles n’ont obtenu aucune information précise sur le projet.

Djigo Moussa, à propos de la mise a disposition de terres au profit d’investisseurs saoudiens : « C’est la mort programmée de l’élevage local… »

Entretien avec Djigo Moussa, président du comité de suivi des affaires foncières, une structure mise en place par les représentants de 60 villages de la Moughata’a de Boghé pour produire un document par lequel, les populations feront valoir leurs droits sur les terres du Brakna mises à disposition d’investisseurs saoudiens par les autorités mauritaniennes.

Attribution de 40 mille hectares aux Saoudiens : Les populations de Boghé s’opposent au Projet.

Lors d’une assemblée générale des délégués de 60 localités qui s’est tenue le 27 Mai 2011 au siège de l’Association Mauritanienne pour l’Auto Développement (AMAD) à Boghé les représentants des populations locales ont, dans leur écrasante majorité, exprimé leur désaccord vis-à-vis du projet d’attribution de 40.000 hectares de terres rendu public dans un avis préfectoral affiché dans les locaux de la Moughata’a.

Mauritanie : hold-up sur les terres des populations du Sud

Ce hold-up avait été révélé au grand public en juillet 2010 par Eveil Hebdo qui mettait en cause le président Ould Aziz sur le point de signer un décret qui pourrait octroyait 50 000 ha de terrain à la société saoudienne Tabouk-Eziraiya dans la commune de Boghé.