Logo-text

Dans le Var, le milliardaire français Bernard Arnault veut étendre son empire viticole : la Confédération paysanne opposée

Bernard Arnault lorgne des terres viticoles dans le Var, ce qui n'est pas vraiment du goût des exploitants des environs qui crient à la spéculation. Photo : STEFANO RELLANDINI / AFP
France 3 | 06/02/2023

Dans le Var, le milliardaire français Bernard Arnault veut étendre son empire viticole : la Confédération paysanne opposée

Écrit par Gregory Bustori .

La vallée des Esclans est le théâtre d'opérations immobilières menées par le groupe français LVMH, qui vise un domaine viticole. La Confédération paysanne dénonce un accaparement des terres agricoles menant à une inévitable spéculation du prix des terrains.

Le Var comporte de nombreuses terres agricoles dévolues à la production de vins. La vallée des Esclans, à l'ouest de Fréjus, n'échappe pas à cette règle.

Ici, ce sont 55 hectares d'un cru classé de Provence qui attirent la soif d'acquisitions de l'homme le plus riche de la planète : le milliardaire français et patron du groupe de luxe LVMH, Bernard Arnault.

C'est le Jas d'Esclans qui est en train d'être racheté par le groupe. Un prix de plusieurs dizaines de millions d'euros se murmure dans les campagnes, mais pas de quoi effrayer le porte-monnaie du chef d'entreprise de 73 ans qui cumule un peu moins de 200 milliards d'euros de fortune personnelle.

Pour Fabrice Raymond, vigneron d'une exploitation de 6 hectares à La Motte, c'est le signe que "plus personne ne peut acheter, sauf les très riches. À plus de 100.000 euros l'hectare, il nous est impossible pour nous, vignerons ou viticulteurs du coin, d'acheter à ces prix-là."

Agriculteurs et professionnels de la vigne "ne peuvent rien faire". "On est juste observateurs, on met un holà parce que dans 20 ans, on va tous disparaitre si ça continue comme ça" déplore un peu plus Fabrice Raymond, rencontré par les journalistes de France 3 Côte d'Azur, Alexandre Dequidt et Maxime Meuneveaux.



Pas une première pour LVMH dans la vallée

Dans cette vallée, il y a trois ans, le groupe français spécialiste du luxe a pris le contrôle du Château d'Esclans, un domaine haut de gamme, tourné vers l'international, accolé au Jas d'Esclans.

Ce nom résonne particulièrement outre-Atlantique où ce rosé jouit d'une belle réputation depuis des années, même si le flacon est à consommer avec modération.

Ce nom est associé à des concours culinaires, d'évènements mondains ; tant dans les Hamptons, à Miami, et même du très mondain Gotham Magazine new yorkais. Cet investissement peut sembler démesuré pour certains mais il laisse présager une certaine rentabilité pour le groupe LVMH.

Le 28 août dernier, une manifestation contre les projets de LVMH a même mobilisé les Varois. Ils avaient vendangé les vignes de Bernard Arnault pour dénoncer cette hégémonie. La Confédération paysanne et l'association Les Soulèvements de la terre regrettaient alors de voir "La volonté de Bernard Arnault [qui] est de transformer ces terres agricoles en entreprise du luxe : du vin surcoté destiné à l’exportation pour les populations les plus riches du globe. Prestige qui ne fait que renforcer la spéculation à l’œuvre par l’achat de terres dont le prix à l’hectare est exponentiel...et donc inaccessible pour les paysans et paysannes."

Le Var, terre fertile pour les stars

Depuis quelques années, les stars internationales défilent sur les terrains du Var, surtout pour acquérir ou prendre des parts dans des domaines viticoles. Un filon que Brad Pitt, George Clooney, Tony Parker ou encore Kylie Minogue n'ont pas hésité à investir. Même l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy, et sa femme Carla Bruni ont financé de la vigne, au Domaine de Cantarelle que l'ancien couple présidentiel, sur le territoire de la commune de Brue-Auriac.

La loi pour limiter la folie des grandeurs

La SAFER, l'organisme qui regroupe les sociétés d'aménagement foncier et d'établissement rural, ne peut pas pour le moment contrer les appétits du Français, première fortune mondiale. Elle ne peut réguler ce marché privé, mais une prochaine loi pourrait tout changer.

Pour le directeur général adjoint de la SAFER en région PACA, Philippe Lauraire, le principe d'une nouvelle loi pourrait fixer un seuil d'agrandissement, ou une limite d'accaparement excessif de terres "après que nous ayons fait la démonstration que le tissu local est en demande de foncier pour consolider ou installer des jeunes". Un clap de fin pour ces investissements hors norme portée par davantage de célébrités hollywoodiennes que par des professionnels du vin ?

Le texte doit rentrer en vigueur le 2 avril prochain.

Who's involved?

Who's involved?


  • 13 May 2024 - Washington DC
    World Bank Land Conference 2024
  • Languages



    Special content



    Archives




    Latest posts