Logo-text

Le Cameroun a traité des dossiers sur plus de 65 000 hectares de terres sollicités en concessions foncières en 2022

Investir au Cameroun | 24 novembre 2022

Le Cameroun a traité des dossiers sur plus de 65 000 hectares de terres sollicités en concessions foncières en 2022

(Investir au Cameroun) - Le 15 novembre 2022 à l’Assemblée nationale, au cours d’un séminaire parlementaire organisé sur le thème : « les concessions foncières à grande échelle : bilan et perspectives dans le cadre de la réforme foncière et domaniale », le ministre des Domaines, du Cadastre et des Affaires foncières (Mindcaf), a révélé qu’en 2022 l’État a traité des dossiers relatifs à l’attribution en concessions foncières, d’une superficie totale de 65 200 hectares de terres.

Dans le détail, a expliqué le ministre Henri Eyebe, « 46 arrêtés de concession provisoire (sur des parcelles avoisinant 50 hectares) ont été attribués pour une superficie cumulée d’environ 1 200 hectares sur l’ensemble du territoire ». Ce membre du gouvernement camerounais a également mentionné 10 projets de décrets acheminés dans les Services du Premier ministre, couvrant une superficie globale d’environ 64 000 hectares. Soit un total de 65 200 hectares.

Cette révélation du Mindcaf survient dans un contexte de contestations de plus en plus récurrentes par les populations et les ONG, des concessions foncières attribuées par l’État. Le 14 août 2020, par exemple, le ministre Eyébé Ayissi, face à la contestation populaire, avait été amené à prononcer la « suspension des effets du contrat de bail provisoire entre l’État et la société Neo Industry SA ». Ce bail, que le Premier ministre annulera d’ailleurs purement et simplement quelques mois plus tard, avait provoqué une véritable levée de boucliers dans le département de la vallée du Ntem, où cette entreprise, déjà propriétaire d’une usine de transformation de fèves dans le pays, entendait lancer des plantations de cacao sur 26 000 hectares.

Le même 14 août 2020, dans une lettre adressée au ministre Eyébé Ayissi, Ousmanou Biri, président de l’Association pour le développement culturel des Mbororos du Cameroun (Mboscuda) pour la région de l’Adamaoua, dénonçait l’accaparement des terres des éleveurs. Cette dénonciation faisait suite à une concession foncière provisoire sur 100 000 hectares accordée à un investisseur dans le cadre d’un projet d’élevage.

L’on se souvient également que suite à la montée de la contestation des ONG et des populations, la société américaine Herakles Farms avait été obligée d’abandonner un projet de production d’huile de palme dans la région du Sud-Ouest du Cameroun, après avoir obtenu de l’État une concession foncière sur environ 20 000 hectares, à travers sa filiale Sithe Global Sustainable Oils Cameroon (SGSOC).

BRM

Who's involved?

Who's involved?


  • 31 Jan 2023 - Online
    Occupation of territories by foreign companies: impacts on local populations
    Large_en-lancement-31_01
    31 Jan 2023 - online
    Ocupação de territórios por empresas estrangeiras: impactos sobre as populações locais
    Large_pt-lancement-31_01_2023
  • Languages



    Special content



    Archives




    Latest posts