Logo-text

Comment Swiss Singapore a pris le relais de Phoenix Global en Afrique de l'Ouest

Au moment de sa faillite, Phoenix Global dispossait de plus de 150 000 ha de terres agricoles en Ukraine, au Kazakstan, en Russie, au Mozambique, en Ouganda et en Inde
African Intelligence 03/06/2022

Riz : comment Swiss Singapore a pris le relais de Phoenix Global en Afrique de l'Ouest

Enregistré à Singapour, mais piloté depuis Dubaï, le groupe de négoce de produits agricoles, d'engrais et de charbon Swiss Singapore, très connecté à New-Delhi, a commencé avec succès ses activités d'exportation de riz vers l'Afrique. Il s'est notamment fait un nom à Dakar, Abidjan et Cotonou, grâce au recrutement de deux anciens traders de Phoenix Global, qui a fait faillite en août 2020.

Quasiment absent du continent africain jusqu'à la fin 2020, le négociant Swiss Singapore Overseas Enterprises s'est taillé depuis lors une place substantielle sur le marché du riz au sud du Sahara, où il dépasse désormais les 500 000 tonnes écoulées annuellement.

Les architectes de cette croissance sont les Indiens Sandeep Agarwal et Sachin Kaushal, qui ont rejoint ce trader singapourien peu après la faillite en août 2020 de Phoenix Global, où ils officiaient précédemment (AI du 19/01/22). Devenu entre 2018 et 2020 l'un des tout premiers exportateurs de riz en Afrique, au coude à coude avec Olam, Phoenix, enregistré au Dubai Multi Commodities Center (DMCC), écoulait avant sa chute quelque 1,5 million de tonnes de riz par an, du fait d'une politique commerciale agressive qui l'a amené à vendre des volumes à perte de plus en plus importants, ce qui a fini par conduire ses partenaires financiers émiratis à le lâcher.

Un approvisionnement essentiellement indien

Filiale du méga-conglomérat indien Aditya Birla Group - 48,3 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2021 -, Swiss Singapore était jusque-là surtout actif dans le négoce de minerais (particulièrement de charbon), les produits agricoles (principalement le blé et les pois, très peu le riz) ainsi que les engrais, filières du groupe tirant leurs approvisionnements quasi exclusivement d'Inde. Les seules activités africaines de la maison de négoce touchaient à l'exportation d'engrais au Mozambique et de charbon en Afrique du Sud.

Dirigé par l'Allemand Frederik Groth, un ancien de Cofco, le négociant est enregistré à Singapour mais piloté opérationnellement depuis Dubaï, où il compte une centaine de salariés. Sandeep Agarwal, nommé patron du négoce de riz dès son arrivée, et son directeur Afrique Sachin Kaushal, auparavant basé à Lomé puis à Abidjan pour Phoenix Global, ont pu récupérer une bonne part des clients ouest-africains de leur ancien employeur, particulièrement au Sénégal (le Comptoir commercial Mandiaye Ndiaye, CCMN, par exemple), en Côte d'Ivoire (dont la Société de distribution de toutes marchandises en Côte d'Ivoire, SDTM-CI), au Bénin, au Liberia et au Togo, les cinq pays où ils vendent leurs plus gros volumes de riz actuellement.

A l'est du continent, les deux responsables de la nouvelle filière de Swiss Singapore ont également commencé l'exportation de riz au Mozambique et en Tanzanie, en utilisant les bases logistiques de la filière engrais.

Equipes de trading à Dubaï, mais direction financière à Singapour

Côté approvisionnement, Swiss Singapore, à l'instar de ce qu'il fait dans ses autres filières de trading, achète pour ses clients africains d'abord du riz indien basmati - une origine qui représente quelque 50 % de ses cargaisons - mais aussi birman, ainsi que thaïlandais, mais pas de riz provenant du Pakistan, du Vietnam ni de Chine.

Echaudés par leur expérience chez Phoenix Global, Agarwal et Kaushal affirment, pour maîtriser les risques, ne pas vouloir faire croître trop rapidement leurs volumes sur le continent. Ils sont accompagnés étroitement par leur direction financière, seule entité du groupe installée à Singapour, pour être au contact des banques de la place asiatique qui octroient la plupart des lettres de crédit de Swiss Singapore.

Des ambitions remises à plus tard dans le négoce de blé

En lançant la filière riz sur le continent africain sur les ruines de Phoenix Global, Frederik Groth envisageait de démarrer peu après les activités africaines de la filière de négoce de blé du groupe : une partie des acheteurs africains de riz importent également cette céréale, et des synergies importantes existent sur le plan logistique. Reste que le récent revirement de l'Inde, qui a imposé le 14 mai aux traders un embargo sur les exportations de blé du sous-continent, en raison de la sécheresse, va obliger Swiss Singapore à repousser ses ambitions céréalières africaines.

En attendant, les perspectives pour l'exportation de riz en Afrique restent très favorables : la hausse des prix reste contenue en comparaison de celles du blé et du maïs, beaucoup plus affectés par la guerre en Ukraine (AI du 04/03/22). Une conjoncture qui devrait entraîner l'augmentation des volumes de riz écoulés sur le continent, autour de 16 millions de tonnes en 2020.

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts