Logo-text

Série de brèves sur l'accaparement des terres



Série de brèves sur l'accaparement des terres

La CIDSE a coordonné la production de cette série, en collaboration avec la CGLTE-OA et des acteurs clés impliqués dans la plateforme africaine « Notre terre est notre vie », ainsi que des organisations internationales de la société civile en Autriche, Belgique, France, Allemagne et Suisse . La série est officiellement lancé aujourd'hui lors d'un événement hydride en Sierra Leone.

Au cours des deux dernières décennies, la demande croissante de produits agricoles (par exemple, l'huile de palme, les céréales, le bétail) et les ressources naturelles (par exemple, les métaux, le charbon, le pétrole), ont conduit les entreprises transnationales à se lancer dans acquisitions foncières à grande échelle (LSLA). Depuis 2000, plus de 25 millions d'hectares de transactions foncières ont été conclus en Afrique tandis que 14.3 millions d'hectares restent inutilisés en raison de l'échec des négociations. Ces opérations se font aux frais des collectivités locales. causant de graves conséquences sociales et environnementales telles que la pollution de l'eau, des sols et de l'air, l'insécurité alimentaire, la division communautaire, les expulsions forcées et la pauvreté. Lorsqu'elles demandent justice, les communautés autochtones, ainsi que les défenseurs des droits humains et de l'environnement, sont confrontés à de longues procédures judiciaires avec des coûts élevés et un accès difficile à l'information et aux preuves pour les demandeurs. Pendant ce temps, l'opposition locale se heurte à la violence, à la répression, aux arrestations arbitraires, à la détention et même aux décès causés par les forces de sécurité de l'État et des entreprises. 

La fabrication de ces trois notes d'orientation, coordonné par la CIDSE et organisé par la Convergence mondiale ouest-africaine pour les luttes pour la terre, l'eau et les semences (CGLTE-OA) avec les partenaires de la Plate-forme africaine « Notre terre est notre vie », vise à soulever les préoccupations des ATGE comme une priorité de la Partenariat Afrique-UE en amont du Sommet UE-Afrique de 2022 et plus largement dans le cadre du partenariat Afrique-UE. Les histoires des LSLA en Sierra Leone (Addax/Sunbird Bioenergy SL Ltd et Société Agricole Socfin SL SA.) ainsi qu'en RD Congo (Feronia) appellent les gouvernements européens et africains et leurs banques de développement respectives à cesser de financer de telles opérations qui risquent de provoquer des conflits, et soutiennent l'adoption d'une loi de diligence raisonnable obligatoire de l'UE pour réglementer les activités des entreprises.

Leur publication culmine avec la Pèlerinage en ligne pour la justice organisé par l'Église d'Afrique de l'Ouest en solidarité avec le 2021 Caravane dirigé par la Convergence mondiale ouest-africaine pour les luttes pour la terre, l'eau et les semences (CGLTE-OA) et ses partenaires. Les deux événements partagent des histoires personnelles et des témoignages sur les luttes des communautés ouest-africaines touchées par l'accaparement des ressources et l'exploitation des entreprises. Le lancement officiel a lieu aujourd'hui, 10 décembre, lors de la un événement "Acquisitions de terres à grande échelle en Afrique – Comment prévenir la capture des entreprises, les violations des droits de l'homme et les conflits» qui marque la fin du voyage de la caravane en Sierra Leone.
 

Le cas de Addax Bioenergy en Sierra Leone
https://www.cidse.org/wp-content/uploads/2021/12/FR-Land-Briefing-Addax.pdf

Le cas de Feronia en RDC
https://www.cidse.org/wp-content/uploads/2021/12/FR-Land-Briefing-Feronia.pdf

Le cas de Socfin en Sierra Leone
https://www.cidse.org/wp-content/uploads/2021/12/FR-Land-Briefing-Socfin.pdf


Contact : Emmanuel Yap, Responsable des droits fonciers (yap(at)cidse.org)

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts