Centrafrique : Castel active son comité d’éthique

TWITTER
FACEBOOK
Jeune Afrique | 24 août 2021

Centrafrique : Castel active son comité d’éthique

Par Anaëlle Salamon

Suite au rapport de l’ONG The Sentry qui alléguait qu’une filiale centrafricaine aurait versé de l’argent à un groupe armé, le groupe Castel a annoncé l’ouverture d’une enquête interne.

L’enquête d’une quarantaine de pages intitulée « Culture de violence » parue le 18 août 2021 affirmait que la filiale Sucrerie africaine de Centrafrique (Sucaf RCA) avait conclu avec l’UPC (Union pour la paix en Centrafrique) « un accord tacite ». En échange de paiements en espèces et en carburant, le groupe armé aurait garanti, de 2014 à 2021, la sécurisation de l’usine et des champs de canne à sucre de l’entreprise.

Déterminer le degré de complicité

L’ONG, spécialisée dans les enquêtes sur le blanchiment d’argent et les réseaux criminels, assure que la direction de la Société d’organisation, de management et de développement des industries alimentaires et agricoles (Somdiaa), qui appartient à 87 % au groupe Castel et qui est à la tête de la filiale Sucaf, savait tout des attaques commises par les milices de l’UPC, pointant la présence de « véhicules pick-up de l’UPC équipés d’armes lourdes ».

Contactés en juillet dans le cadre de l’enquête, Alexandre Vilgrain, directeur général de Somdiaa, et Jean Louis Liscio, directeur des opérations et des risques de la société, ont assuré « qu’il n’existe à notre connaissance aucun arrangement passé avec l’UPC par la direction de la Sucaf RCA et aucun soutien d’aucune sorte n’a été fourni ».

Le directeur général a notamment ajouté que « nous avons cherché à sécuriser le site de la Sucaf RCA avec l’appui des forces militaires étrangères sous mandat international présentes sur la zone », ce qu’atteste l’enquête de The Sentry.

L’ONG américaine à la fin de son enquête recommandait au groupe Castel d’« entreprendre une enquête ouverte et transparente sur ses liens présumés entre ses entreprises et le conflit centrafricain » et de « lancer un audit (…) complet en matière de droits de l’homme et de lutte contre la corruption ».

Dès le lendemain, le géant viticole a fait savoir dans un court communiqué que « la direction générale a pris connaissance des allégations graves portées le 18 août à l’encontre de Sucaf RCA (…) ». Elle a saisi son comité d’éthique dans le but de diligenter immédiatement une enquête conformément à ses procédures internes, en promettant de communiquer « sur l’issue de l’enquête ».

Rester discret à tout prix

Le groupe Castel est une société privée et n’a pas de ce fait l’obligation d’indiquer le nom des membres de ce comité d’éthique.

Le groupe familial n’est pas coté en bourse et n’est donc pas tenu de publier un rapport financier chaque année. Selon les estimations de The Sentry, l’Afrique représente 80 % des revenus de Cartel (6 milliards d’euros en 2016).

Du reste, Pierre Castel, président du groupe et neuvième fortune de France d’après le classement Challenges 2021, tient à rester discret. Contactés à de nombreuses reprises lors de la réalisation de l’enquête, l’ONG The Sentry n’a reçu aucune réponse du groupe français et de son président.
Original source: Jeune Afrique
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment