Dossier Feronia : la Banque allemande de développement à nouveau pointée du doigt

TWITTER
FACEBOOK
Photo : Feronia Inc
Deutsche Welle | 02.02.2021

Dossier Feronia : la Banque allemande de développement à nouveau pointée du doigt

En novembre 2018, neuf communautés de la province orientale de la RDC ont porté plainte contre la DEG. Deux ans plus tard, la situation n’a pas évolué.

"Néo-colonialisme au lieu de la coopération au développement au Congo", telle est la traduction en français du nouveau rapport paru le 28 janvier dernier.

Dans ce document, les ONG allemandes dénoncent les relations qu’entretient Feronia avec les communautés locales qui revendiquent être les propriétaires des terres.

Le récent rapport, qui insiste sur l'accaparement des terres dont sont victimes les communautés, reproche aux banques de développement, d’ignorer les droits des communautés, comme le rappelle Jean-François Mombia Atuku, directeur du Réseau d'information et d'appui aux ONG nationales (RIAO).

"Ce que nous reprochons à la DEG comme à toutes les banques de développement occidentales, c’est le fait que les investissements perdurent alors que les populations souffrent et les droits de l’homme ne sont pas respectés. Avant de donner de l’argent, ils devaient s’assurer que les normes et les principes sont respectés. Toutes les normes sont violées, on tue même les gens. La DEG continue à donner de l’argent à Feronia alors que celle-ci n’a rien fait sur le terrain en termes de développement. Il n’y a pas de routes, pas d’écoles, pas d’hôpitaux, les travailleurs n’ont même pas de maison", estime le directeur du Réseau d'information et d'appui aux ONG nationales (RIAO).

Restitution des terres

Alors que Feronia a fait faillite en 2020, les communautés locales, ainsi que les ONG à l’origine du rapport, estiment que Feronia aurait dû saisir cette opportunité pour restituer les terres aux communautés et créer des entreprises qui leur appartiendraient. Mais, cela n’a pas été le cas.

"En réalité, les banques européennes de développement ont continué à financer un modèle colonial de plantation. En 2020, Feronia a fait faillite, ils ont décidé d’accepter une annulation de leurs prêts en faveur d’un nouveau propriétaire privé. Le seul résultat d’un tel investissement au nom du développement, c’est plus de misère et plus de pauvreté pour les communautés," déplore Jutta Kill, chercheuse spécialisée en matière d’accaparement des terres.

Depuis 2016, Andreas Grunewald, le conseiller spécial de la députée allemande Eva-Maria Schreiber, travaille sur le dossier Feronia. En décembre 2020, il a été en contact avec la DEG à propos de cette affaire.

Il reproche à la DEG de faire de la rétention d’informations.

"Ils nous ont dit qu’aussi bien les plantations que les populations sont dans de bien meilleures conditions qu’il y a quelques années. Nous sommes très surpris par leurs propos parce que nous avons visité la plantation, il y a deux ans, et les conditions des travailleurs sont déplorables. Il est bon de rappeler aussi que les banques de développement ont donné 200 millions de dollars. A notre niveau, nous aimerions savoir ce qui a réellement été négocié mais la DEG a refusé de partager ces informations avec nous", explique Andreas Grunewald.

Aujourd’hui, le fonds d’investissement KKM, a racheté les parts de Feronia dans les Plantations et huileries du Congo (PHC). Ce fonds est détenu par le congolais Kalaa Pinga. Mais, pour les communautés locales, cela ne change pas grand-chose à leur quotidien.

Wendy Bashi
Original source: Deutsche Welle
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment