Portant interdiction des terres communautaires par Feronia au Congo

TWITTER
FACEBOOK
RIAO-RDC | 26 juin 2020

COMMUNIQUÉ 001/CA /RIAO-RDC/2020

Portant interdiction des terres communautaires par Feronia au Congo
 
Nous sommes très préoccupés de la vente/transfert de la majorité des actifs de Feronia-PHC par la banque de développement de la Grande-Bretagne à une entité à l’Île de Maurice gérer par une société de capital-investissement. Ce processus de vente doit être immédiatement interrompue car :
 
●     Elle ignore les intérêts des communautés et l'affirmation des communautés selon laquelle les droits de concession détenus par PHC sont illégaux conformément  à la loi congolaise et autres principes ou instruments normatifs internationaux  ;
 
●      Le processus de la méditation en cours relatif à notre plainte du 05 /11/2018 au Mechanisme de Plainte International visant à résoudre les conflits et à réhabilités des leurs droits les ayants droit face à la PHC/ Feronia n'a pas touché à sa fin ;
 
●    Les circonstances du meurtre de notre membre Joël Imbangola Luneya par un agent de sécurité de la PHC/ Feronia, par la suite son père, sa sœur, ses neveux et en fin sa propre épouse tous morts survenues à Boteka, dont les circonstances nécessitent l'organisation d'une commission d'enquête mixte avec les communautés locales et alliés et la PHC/ Feronia, présumée être à l'origine des ces incidents malheureux.
 
Par ailleurs, c'est pratiquement incroyable et inconcevable que la plus grande société agricole dans notre pays, la RDC, du degré de la PHC/ Feronia aux comportements colonialistes, méprisants, ayant été au fur des années reprochées à terme des violations massives des droits humains, des communautés rurales congolaises et ses travailleurs, puisse être liquidée aussi clandestinement, mais surtout qu’il puisse se permettre de revendre les terres communautaires en conflit sans la moindre implication des communautés rurales affectées !!!!
 
C'est pratiquement incroyable que Feronia qui s'est arrangée à racheter son dû d'Unilever et qui aurait contracté des dettes des plus de 200 millions d'euros en prétendant avoir des terres,  plus de 100.000 ha des terres accaparées depuis l'époque coloniale , est en train d’être vendu par des banques de développement des anciens pays colonisateurs à une fonds basé dans le paradis fiscaux de l’Île de Maurice, dont nous ne savons pas les vrais propriétaires, sans qu’il y a le moindre reconaissance, débat ou participation des populations locales ou la population congolaises. Cette société agro-coloniale reclame toujours plus que 100,000 ha de terres qui ont été prisent par force durant l’occupation belge. Après plus que 100 ans les communautés ont finalement contraint la société à accepter un processus de médiation sur ce conflit foncier, ce qui est complètement mise en péril par cette vente.
 
Eu égard à ce qui précède, le RIAO-RDC, en sa qualité d'organisme congolais de protection et d'assistance sociale qui accompagne lesdites communautés locales, à savoir les communautés de Yaligimba, Lokutu et de Boteka demande à son excellence Monsieur le président de la république démocratique du Congo Antoine Felix Tshisekedi Tshilombo, chef de l'état,  au gouvernement congolais ainsi qu'aux gouvernements  occidentaux respectifs des pays dont les DFI financent Feronia,  à savoir la Belgique, la Hollande, la France, l'Allemagne, l'Espagne et les USA à arrêter avec cette espèce de vente illicite jusqu'à l'aboutissement du processus de la méditation déjà amorcée par la Banque de développement Allemande DEG en collaboration avec la Banque de développement hollandaise conformément à leur mécanisme de plainte. 

Voir les déclarations des communautés de Yahuma, Basoko et Isangani et de Ingende contre "le transfert des concessions que PHC prétend de détenir sans notre consentement"
 

Pour plus d'information contactez :

Jean-François Mombia Atuku
PCA, RIAO-RDC
+221 77 346 96 21
[email protected]
Original source: RIAO-RDC
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment