Huile de palme : les ONGs contre le financement des agro-industriels

TWITTER
FACEBOOK
Deux activistes libériens protestent devant la banque néerlandaise ABN-AMRO à Amsterdam, le 9 octobre 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
VOA Afrique | 10 octobre 2019

Huile de palme : les ONGs contre le financement des agro-industriels

Emmanuel Jules Ntap

Déforestation et accaparement des terres au Cameroun par les agro-industriels du secteur de l’huile de palme, l’ONG Milieudefensie, pointe le doigt accusateur sur certaines banques néerlandaises et européennes.

L’ONG accuse ces banques de financer des agro-industriels qui ne respectent pas les droits des populations camerounaises, du Liberia et de l'Indonésie. La classe politique néerlandaise, belge et même certains députés du parlement de l’Union européenne s’inquiètent de la situation.

Pour le cas du Cameroun, les communautés riveraines des agro-industriels producteurs d'huile de palme vivent dans la pauvreté, leur environnement est aussi en constante voie de destruction.

Ces griefs recensés par l’organisation non-gouvernementale "Milieudefensie”, sont contenus dans une plainte déposée en juillet dernier contre la banque néerlandaise ING.

Avec un collectif d’organisations non gouvernemental coordonné par “les Amis de la terre”, Milieudefensie a porté plainte contre la banque ING auprès de l’OCDE. La plainte n’a pas encore abouti, mais elle suit son cours normal, confie un cadre de Milieudefensie sous anonymat.

Pour sa part, Evert Hassink, chargé de la recherche chez Milieudefensie affirme que "la banque ING a financé l’agro-industriel Socfin au Cameroun pour la production de l'huile de palme".

"C’est de notre responsabilité de s’assurer que les entreprises néerlandaises atteignent leurs objectifs selon les standards de l’OCDE, que les banques se doivent de respecter. Si les banques n’investissent pas en respectant ces standards, nous portons cette plainte vers les banques pour les confronter”, explique Ervent Hassink.

Le responsable de la communication de la banque ING à Bruxelles n’a pas souhaité faire de commentaire sur le sujet. Pour sa part, Florence Kroff de l’ONG "Fian" pense que cette banque n’a pas cessé de financer son partenaire Socfin au Cameroun. Après notre campagne de dénonciation, "ING nous a dit qu’il allait arrêter de financer Socfin", a-t-elle précisé.

Dans un récent rapport, Somo a révélé que la banque néerlandaise, ABN-AMRO a financé en 2017 et en 2018, l’agro-industriel Socfin au Cameroun pour la production de l'huile de palme.

“Nous n’avons pas prêté de l’argent à une entreprise au Cameroun. Nous n’investissons pas dans l’huile de palme en Afrique, notre objectif est de travailler plutôt pour une production durable de l’huile de palme. C’est pour cela que nous travaillons seulement avec une poignée d’entreprises qui partagent cette même ambition de créer une production durable d’huile de palme", se défend Richard Kooloos, chef des investissements bancaires durables à ABN-AMRO à Amsterdam.

Les Pays-Bas sont l'un des grands importateurs d'huile de palme en Europe. Un volume d'importation qui ne devrait pas se faire au péril des droits vitaux des autres, souligne l'ONG "Milieudefensie".

"Je défends les financements durables comme nouveau moyen de financement, on devrait plus y mettre l'accent aujourd’hui, cet important changement dont nous avons besoin dans notre société et notre économie", soutient au sein du parlement européen le député néerlandais Paul Tang, membre du parti travailliste PVDA.

Mais le calvaire des populations de la région du Sud où l’agro-industriel Socfin exploite plus de 58.000 hectares pour la production de l’huile de palme est loin de s’arrêter.

Sa majesté Bruno Mvondo, chef traditionnel, à Yaoundé, le 4 octobre 2019. (VOA/Emmanuel Jules Ntap)
"On se rend compte qu’il y a de grands investissements, mais la population ne profite pas de cela, les communautés se rendent compte qu’elles n’ont plus de terres pour cultiver, elles ne peuvent travailler que dans les plantations mais les plantations ne peuvent leur donner ce que leurs terres leur donnaient hier", s’alarme Bruno Mvondo chef traditionnel du village Bitchili, par ailleurs président du réseau des chefs traditionnels pour la gestion durable des écosystèmes en Afrique centrale.

La société camerounaise de palmeraies (Socapalm) est la filiale locale de Socfin. Ce dernier dit "avoir toujours été attentif à son impact social et environnemental dans les pays où il est implanté".

Cette année, la Socapalm a produit 135 642 tonnes d'huile de palme brute, contre 118 840 tonnes en 2017, sur une surface de 29 804 hectares.

Emmanuel Jules Ntap fait carrière dans le journalisme depuis 2001. Il a exercé au Cameroun, et à l'étranger. En février 2017, il devient correspondant radio, web et TV à Yaoundé pour VOA Afrique. [email protected]

Avec des précisions apportées par Milieudefensie
Original source: VOA Afrique
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment