Les producteurs de pomme de terre de la zone des Niayes dénoncent la concurrence déloyale de Senegindia SA

TWITTER
FACEBOOK
«L’Etat du Sénégal, en plus d’avoir donné des terres aux indiens, subventionne ces derniers à hauteur de 9 milliards de fcfa », dénonce le porte-parole des exploitants sénégalais des Niayes
Teranga News | 26 avril 2019

Les producteurs de pomme de terre de la zone des Niayes dénoncent la concurrence déloyale de Senegindia SA

Par Khadim FALL

La présence de la société horticole indienne Senegindia dans la zone des Niayes n’est pas du goût de certains producteurs sénégalais de pommes de terre. Ces derniers l’ont fait savoir lors d’un sit-in tenu à Notto Gouye Diama pour dénoncer la concurrence déloyale des indiens.

Le porte-parole des producteurs sénégalais El Hadj Malick Sow affirme dans ce sens que «  la zone des Niayes qui représente 60%  de la production horticole du Sénégal est menacée aujourd’hui par l’avènement de Senegindia SA qui exploite les terres depuis 2 ans ». Cet état de fait a fini de décourager les producteurs locaux, mais il y a plus grave si l’on en croit le porte-parole des exploitants sénégalais des Niayes car «l’Etat du Sénégal, en plus d’avoir donné des terres aux indiens, subventionne ces derniers à hauteur de 9 milliards de fcfa », dénonce Mr Sow. Il poursuit : « les indiens devaient arrêter leurs ventes de pommes de terre depuis le 15 février, mais ils ont continué jusqu’au 20 mars à écouler leurs productions. Aujourd’hui, les agriculteurs sénégalais ne savent que faire de leurs productions de pommes de terre », s’indigne Malick Sow.

Toujours selon le porte-parole des agriculteurs sénégalais des Niayes, l’Agence de Régulation des Marchés (ARM) et le ministre en charge de l’horticulture sont les principaux complices des indiens qu’ils assimilent « aux colons d’autrefois venus spoliés leurs terres et pour les réduire à la servitude ».

Par ailleurs, les agriculteurs locaux de la zone des Niayes demandent à l’Etat de construire des chambres frigorifiques pour leur permettre de conserver leurs produits.
Original source: Teranga News
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment