Paysans cambodgiens contre Bolloré: audience renvoyée

TWITTER
FACEBOOK
Des représentants de la communauté Bunong ont denoncé le refus de leurs visas à Phnom Penh. Photo : Heng Chivoan
Le Figaro.fr avec AFP | 12/02/2019

Paysans cambodgiens contre Bolloré: audience renvoyée

Une audience prévue aujourd'hui dans la procédure qui oppose des paysans cambodgiens au groupe Bolloré, accusé de s'être accaparé leurs ressources, a été renvoyée au 1er octobre en raison de l'absence des demandeurs, dont le visa a été refusé par le consulat français.

"Un principe a été violé par l'administration française, celui d'avoir un procès équitable", s'est indigné l'avocat des paysans cambodgiens, Me Fiodor Rilov. "Comment les gens ont été victimes de la privation de leurs terres ? On ne peut répondre à cette question qu'en présence des protagonistes", a-t-il ajouté, saluant la décision du tribunal de renvoyer l'audience.

En 2015, 51 - désormais 77 - paysans cambodgiens de l'ethnie Bunong ont assigné le groupe Bolloré en justice. Ils l'accusent d'avoir détruit plusieurs hectares de forêt au seul profit de la culture du caoutchouc, les privant ainsi de leurs ressources. Les Bunongs, une communauté de l'est du Cambodge qui pratique "l'agriculture itinérante de subsistance" et "une croyance animiste fondée sur la sacralisation des forêts", reprochent aussi au groupe la destruction de lieux de culte et d'arbres centenaires considérés comme des divinités.

L'objet de l'audience du jour était de contraindre Bolloré S.A. et sa filiale, "la Compagnie du Cambodge", à fournir des documents établissant qu'elles ont exercé "le véritable pouvoir opérationnel" sur les concessions d'hévéa. "Une société française appelée "Terres Rouges Consultants" (TRC), dont le siège social était dans la tour Bolloré, reconnaît dans un document que l'une de ses fonctions principales était la création des plantations d'hévéa dans le Mondolkiri, à l'est du Cambodge", explique Fiodor Rilov. "Nous cherchons à démontrer que cette société est le véhicule par lequel le groupe Bolloré a dirigé les opérations sur ces plantations, au moment où les victimes ont perdu leurs terres", a-t-il précisé.

TRC était également chargé de la Socapalm, une société spécialisée dans l'huile de palme au Cameroun et dont les pratiques ont été dénoncées dans un reportage de France Télévision consacré à Vincent Bolloré en 2016. Sur place, c'est la Socfin-KCD, une société de droit cambodgien qui gère les affaire courantes. Bolloré affirme n'en être "qu'un actionnaire minoritaire et financier [à 39%]", tandis que "la Compagnie du Cambodge n'a plus de plantations au Cambodge depuis un demi-siècle". Vicent Bolloré était pour autant administrateur de la Socfin-KCD au moins jusqu'en 2016, tout comme Hubert Fabri, vice-président du conseil de surveillance de "la Compagnie du Cambodge".

L'avocat de l'industriel breton, Me Olivier Baratelli, n'était pas joignable dans l'immédiat par l'AFP.
Original source: AFP
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment