Quelques défis à relever pour revitaliser le mouvement paysan congolais

TWITTER
FACEBOOK

ACP | 24 juillet 2018

Quelques défis à relever pour revitaliser le mouvement paysan congolais

Kinshasa - Un expert du ministère de développement rural qui a requis l’anonymat a indiqué que certains goulots d’étranglement plombent la revitalisation du mouvement paysan en République démocratique du Congo (RDC), au cours d’un entretien lundi avec l’ACP.

Selon cet expert, il s’agit de la sécurité des terres dont la pression foncière reste encore vive en raison du phénomène d’accaparement des terres. Ce phénomène, a-t-il ajouté, fait suite au réveil des agro-industries, de l’accumulation des terres souvent non mises en valeur par des élites et de la pression démographique entrainant la réduction des espaces cultivables.

Les aides et les importations alimentaires avoisinant 1,3 milliards de dollars américains, le mauvais état des infrastructures routières, la multiplication des circuits de distribution, l’accès difficile des paysans aux marchés nationaux et internationaux, le faible appui de l’état au secteur agricole (3% du budget), l’absence d’une structure offrant des garanties pour le crédit agricole auprès des organismes de financement sont aussi comptés parmi des obstacles qui bloquent le mouvement paysan congolais.

L’expert qui rappelle le rapport 2014 de la dynamique paysanne a relevé que la RDC compte environ 80.000.000 d’hectares de terres arables ne sont exploitées qu’à hauteur de 10%. Les potentialités de développement de l’agriculture sont par conséquent considérables mais paradoxalement plus de 75% de la population, surtout dans le milieu urbain restent sous-alimentés.

Il a fait remarquer qu’il est fondamental d’associer les producteurs eux-mêmes afin de définir les grandes lignes d’une politique agricole efficace et participer activement à sa mise en œuvre.

ACP
Original source: ACP
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment