Pays tropicaux: lancement des premières directives volontaires pour la concession forestières

TWITTER
FACEBOOK
Algérie Press Service | 11 mai 2018

Pays tropicaux: lancement des premières directives volontaires pour la concession forestières

ALGER - L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a lancé les premières directives volontaires pour les concessions forestières dans les pays tropicaux afin de rendre ces concessions plus transparentes, responsables et inclusives, a-t-elle indiqué sur son site web.

Il s'agit également de faire en sorte que les communautés les plus pauvres et isolées du monde puissent en bénéficier.

Plus de 70% des forêts dans les pays tropicaux sont utilisées pour récolter du bois.

Alors que certains produits forestiers appartiennent à l'Etat et d'autres à la sphère publique, la plupart des forêts publiques sont gérées à travers des concessions, elles-mêmes administrées par des organismes privés ou des communautés locales selon les choix du gouvernement.

Selon l'ouvrage, "Exploiter le potentiel des concessions forestières dans les pays tropicaux afin de réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030",  les directives volontaires, les concessions forestières existent depuis des décennies dans de nombreux pays, notamment dans certains faisant partie des plus pauvres au monde mais leur contribution n'a pas toujours été positive.

Alors qu'elles ont contribué à créer plus d'emplois et de meilleurs revenus pour les populations vivant dans des zones isolées, dans certains cas, elles ont également laissé derrière elles un état avancé de dégradation et alimenté les conflits liés aux droits fonciers.

Les concessions forestières peuvent être mal gérées en raison du manque de connaissances de ses détenteurs, et ce, notamment au niveau de la gestion des forêts tropicales.

Cela pourrait également être lié à un manque de gouvernance, à des règles extrêmement compliquées, à des attentes trop ambitieuses, à une stratégie de bénéfices à court terme qui va entraîner un phénomène de surexploitation, à un partage inadéquat des bénéfices, à une violation des droits, à un manque de reconnaissance des droits des populations locales ou encore à un manque de retombées économiques.

Ces deux dernières décennies, la plupart des pertes forestières ont été signalées dans les pays en développement, en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud-Est et en Amérique latine, soulignant ainsi la nécessité de mettre en place une meilleure gestion des forêts de production publiques dans les pays tropicaux.

Par ailleurs, les nouvelles directives volontaires s'appuient sur les leçons apprises afin d'offrir des conseils pratiques et parvenir à une meilleure gestion des forêts de production publiques, par le biais des concessions, dans les pays tropicaux.

"Les directives rappellent à toutes les parties qu'avec les droits, viennent les responsabilités. Elles soulignent la nécessité de renforcer l'engagement public au niveau national et sous-national et d'avoir des cadres de travail juridiques et institutionnels clairs et transparents", a déclaré  la directrice de la Division de la FAO chargée des politiques et des ressources forestières, Mme Eva Mueller,à l'occasion du lancement des directives lors du Forum des Nations Unies sur les forêts, à New York.

"Si elles sont gérées correctement, les concessions forestières peuvent avoir de multiples bienfaits sur le plan socio-économique et environnemental et contribuer à faire accroître la valeur des forêts pour les générations actuelles et futures. En somme, elles peuvent améliorer les vies des communautés rurales dans certaines des régions les plus pauvres et isolées du monde", a-t-elle ajouté.

A noté que les concessions forestières sont des instruments juridiques utilisés entre l'Etat et un organisme privé ou une communauté locale qui confère des droits à ce dernier pour récolter du bois ou d'autres produits forestiers à court terme, ou gérer les ressources forestières sur le long terme en échange de paiements ou de la fourniture de services.

Les directives fournissent un ensemble de principes à respecter pour tous les acteurs du domaine pendant tout le cycle des concessions et des recommandations personnalisées pour les acteurs spécifiques tels que les gouvernements, les détenteurs de concessions, les communautés locales, les donateurs ou encore les organisations non gouvernementales.

Les directives comprennent également un outil d'auto-évaluation, de manière à ce que les acteurs du domaine vérifient que les conditions propices à la mise en œuvre de concessions forestières durables sont en place.

Les Directives volontaires offrent également des conseils pour pouvoir passer d'objectifs de récoltes à court terme - responsables de la dégradation des forêts ou même de leur déforestation - à une gestion des forêts sur le long terme, renforçant ainsi la nécessité d'une foresterie durable dans les pays tropicaux.
Source: APS
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment