L'américain APC se lance dans le palmier à huile en Guinée Bissau

TWITTER
FACEBOOK
Commodafrica | 19 avril 2018

L'américain APC se lance dans le palmier à huile en Guinée Bissau

L'américain African Palm Corp (APC) annonce aujourd'hui lancer des opérations dans la filière du palmier à huile en Guinée-Bissau en mai. D'ores et déjà, elle dispose de 1,5 million d'hectares (Mha) en palmiers et projette de porter cette superficie à 7 Mha à travers l'Afrique occidentale au cours des cinq prochaines années, souligne le communiqué.

La création d'un groupe régional permettrait de "rivali[ser] avec l'huile de palme indonésienne et malaisienne, qui domine actuellement l'industrie", explique le groupe qui a calculé que son investissement devrait permettre à la Guinée-Bissau "une augmentation de 50 % de son PNB, une réduction de 4,3 % de son taux de chômage, 39 000 nouveaux emplois directs et indirects, et une augmentation de son budget public d'un déficit de 2,4 % à un excédent de 2 %."

"Afin de minimiser l'impact environnemental de ses opérations en Guinée-Bissau, African Palm Corp. a signé des accords de travail avec les groupes ethniques de la région pour collaborer à la récolte du fruit du palmier africain", précise encore le communiqué. Outre les transactions commerciales, 10 % des bénéfices nets annuels d'APC seront investis directement dans des projets d'infrastructure sociaux tels que des écoles, des centres médicaux et des routes, selon les besoins spécifiques de chaque communauté locale."

"Notre huile de palme sera certifiée par une série de principes équivalents à ceux de la Table ronde pour une l'huile de palme durable, autrement, dit les consommateurs disposeront d'un produit de haute qualité respectant les traditions et les cultures locales des agriculteurs qui récolteront le fruit", a déclaré son président-directeur général Oscar Faria.

La demande en huile de palme a augmenté considérablement à l'échelle mondiale au cours des 20 dernières années, passant de 15 Mt par an en 1995 à plus de 65 Mt en 2015, précise le groupe.
Original source: Commodafrica
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment