Algérie : les terres arables ne peuvent en aucun cas être cédées, selon le syndicat des exploitants agricoles

TWITTER
FACEBOOK
Pour l'UNPA, les terres arables constituent « une ligne rouge » qu’il faut protéger des « agressions ».
Agence Ecofin | 17 octobre 2017

Algérie : les terres arables ne peuvent en aucun cas être cédées, selon le syndicat des exploitants agricoles 

(Agence Ecofin) - Partie intégrante du domaine de l’Etat algérien, les terres agricoles ne doivent en aucun cas être cédées, mais peuvent être affectés en concession à des particuliers. C’est la logique dans laquelle s’inscrit l'Union nationale des paysans algériens (UNPA) dont le secrétaire général, Mohamed Alioui, a confié à Algérie Presse Service que les terres arables constituent « une ligne rouge » qu’il faut protéger des « agressions ».

Le responsable syndical qui s’exprimait, ce dimanche 15 octobre, à l’occasion de la 1ère édition du salon de la femme rurale à Blida, estime en effet que l’Etat doit renforcer la protection des terres agricoles. « Les terres agricoles sont du domaine de l’Etat et ne peuvent être cédées, mais seulement exploitées à travers la concession agricole, tout en les protégeant des multiples agressions liées à des constructions diverses (en béton). La concession des terres se fait dans un cadre constitutionnel, et si leur exploitation n’est pas aisée pour divers motifs, elles doivent servir à d’autres activités agricoles (pépinières, chambres froides et autres) », a-t-il déclaré.

« M. Alioui a informé, à cet effet, que le ministre de la Justice, Garde des sceaux a instruit les procureurs généraux d’introduire des poursuites judiciaires à l’encontre de tous ceux exploitant des terres agricoles à des fins non agricoles », précise l’agence de presse algérienne.
Original source: Agence Ecofin
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment