Header-farmlandgrab-en3
Icon-globe   Icon-fb   Icon-twitter   Icon-rss  
Home About events Gallery Publish
Subscribe
Help

Who's involved?

Archives

Languages

Special content

Accaparement des terres à Dodel et Démette: Les villages impactés saisissent la Cour suprême
Published: 16 Oct 2017
Posted in:  Morocco | Sefrioui | Senegal
Comments (0) Print Email this

Leral.net | 16 Octobre 2017

Accaparement des terres à Dodel et Démette: Les villages impactés saisissent la Cour suprême

Les 23 villages impactes par l’octroi de 10 mille ha de leurs terres à une société marocaine, "Afri-Partner" ne comptent pas baisser les bras dans leur lutte pour recouvrer leurs assiettes foncières. En dehors des manifestations de protestations, ils vont engager maintenant la bataille judiciaire parce que les choses commencent à se compliquer pour eux, dans la mesure où le chef de l'Etat a sorti un décret pour légitimer cet octroi, en parlant d’utilité publique de ce projet.

Samedi dernier, lors d’une conférence de presse tenue au siège de la Raddho à Dakar, le collectif de ces villages a indiqué qu’il va saisir la justice. Il a commis un avocat, Me Assane Dioma Ndiaye, par ailleurs président de la Ligue sénégalaise des droits humains et une des organisations de la société civile qui se sont jointes au collectif. « Aucune loi, aucun décret ne peut venir à bout de la détermination des populations. La répression n’a jamais été productive quand les populations sont sur le pied de guerre et sont conscientes de la justesse de leurs combats. Nous allons mettre tous les arguments qui font ressortir l’illégalité dont est entachée cette délibération de par la Constitution et de par la loi ; c’est le domaine national », souligne Me Ndiaye.

Le président du collectif, Aboubacry Moussa Lam, professeur d’histoire à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, affirme que « le décret présidentiel ne va pas les pousser à la résignation. Un décret, on peut le rapporter ou l’annuler même. Pour ce cas d’espèce, il est illégal parce qu’un décret ne peut pas désaffecter les terres. Celui qui peut désaffecter les terres, c’est le Conseil rural. Le président peut faire un décret pour motif d’utilité publique mais il ne peut pas donner des terres aux Marocains », tonne le Pr Lam.

Ce dernier indique que si jamais les engins arrivent, ils se battront. Parce que, soutient-il, les conditions de l’acquisition des terres par les Marocains ,les rendent prisonniers dans leur propre terroir. «Nous avons refusé ce projet. Ce sont des terres qui nous font vivre. D’autant ce qu’on nous propose deux mille ha pour près de 50 mille personnes. Cela n’a pas de sens. Or les petits périmètres villageois qui existent chez nous, tournent autour de 12 ares.

Cela ne va pas faire vivre, notre bétail ne peut plus sortir et nous ne pouvons plus pêcher. Cela veut dire que nous retrouvons en prison sur notre territoire. Toute personne douée de raison, ne peut accepter un tel marché », peste-t-il. Et Aboubacry Moussa Lam de demander au président de la République d’annuler ce projet même si ses émissaires soutiennent qu’il a été suspendu.

« Nous n’en avons pas la certitude. C’est sur le terrain quand on ne verra plus les Marocains et leurs ouvriers, qu’on va savoir qu’il est suspendu. Mais on ne va pas se contenter de la suspension. On veut que le projet soit abandonné de manière définitive », affirme-t-il.

Il ajoute que la lutte va continuer au niveau local, à Dakar et dans la diaspora, pour obtenir gain de cause.

Walf Quotidien

---

Agence Ecofin | 16 octobre 2017

Sénégal : la société civile demande l’ « arbitrage » de Macky Sall dans l’affaire Sefrioui

(Agence Ecofin) - Dans une lettre ouverte adressée au président de la République du Sénégal, Macky Sall, la présidente du Regroupement des femmes rurales actives pour le Sénégal émergent, Fatimata Gaye, demande « l’arbitrage » du chef de l’exécutif afin de trouver une solution acceptable à la révolte des populations du Fouta, concernant la cession de 10 000 hectares de terres agricoles au groupe marocain Addoha, dirigé par Anas Sefrioui.

« Il nous a semblé être un acte légitime et de droit de recourir à votre haute autorité pour non seulement vous informer du cri de cœur des populations du Fouta mais aussi pour qu’ensemble, nous solutionnons ce problème qui risque d’empoisonner à long terme les rapports entre les autorités et notre communauté.», écrit-elle notamment pour justifier sa démarche.

Celle qui n’ignore pas les opportunités que pourrait créer cet investissement, estime cependant que l’exécutif devra privilégier une approche inclusive pour endiguer la crise. « La situation des populations de cette partie du Sénégal est très précaire. Pour cela, cette démarche vous suggère d’intégrer, après concertation, la situation et les conditions de vie des femmes et des jeunes du Fouta dans les clauses de tout projet dans la zone. L’histoire nous a enseigné que les conflits sans fin dans ce monde ont en majorité leurs causes dues à la terre ou à l’eau.», suggère-t-elle.

Depuis l’annonce de la cession de 10 000 hectares de terres agricoles de Dodel et Demette au groupe marocain Addoha, déjà présent dans le secteur sénégalais de l’immobilier, les réactions d’indignation et de colère se succèdent, tant dans la société civile, qu’au sein des populations du Fouta.
Source: Leral.net



Post a comment
Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment

Women in Africa launch petition to stop all forms of abuse against women in oil palm plantations. Please sign 


Kindly support the struggle against large-scale industrial oil palm plantations by Okomu Oil Palm PLC (a member of the global SOCFIN) in Edo State, Nigeria. Sign on with this link and share: http://erafoen.org/index.php/2017/07/28/uphold-edo-state-government-revocation-order-on-okomu-oil-palm-company-plc/


Who's involved?

26 Nov 2017 - Abidjan
Forum Citoyen Afrique-UE



Languages



Archives