Achat de terres agricoles par des investisseurs chinois : "Un danger pour l'autonomie alimentaire de la France" (expert)

TWITTER
FACEBOOK
Seule solution alors pour l'expert en géopolitique agricole : "Il va falloir peut-être, pour préserver les hectares de terre en France, renforcer la législation pour exercer un droit de préemption en dessous de 100%."

France Info | 6 mai 2016

Achat de terres agricoles par des investisseurs chinois : "Un danger pour l'autonomie alimentaire de la France" (expert)

par Rédaction de France Info

Le rachat de terres agricoles françaises par des fonds de gestion chinois est "un danger pour l'autonomie et la souveraineté alimentaire de la France" a réagi sur France Info ce vendredi matin, Thierry Pouch, expert en géopolitique agricole et membre de l'assemblée permanente des chambres d'agriculture.

Ce sont près 1.700 hectares de cultures de céréales qui ont été rachetés dans le Berry par un consortium chinois l'an dernier, ce qui suscite, à raison selon Thierry Pouch, l'inquiétude des agriculteurs locaux et des autorités françaises. "Le danger, a expliqué l'expert, est que ces groupes rachètent les terres en France pour diversifier la production chinoise car cela pourrait avoir des conséquences importantes sur la vie locale."

"La Chine est confrontée à des contraintes importantes en matière d'approvisionnement agricole, a expliqué le spécialiste. Elle dispose, chez elle, de moins en moins de terres du fait de l'urbanisation et de l'industrialisation. Et sa population s'accroit toujours donc la Chine essaye de diversifier ses approvisionnements alimentaires en achetant des terres un peu partout dans le monde."

Mais d'où viendront les engrais, les machines agricoles ? Comment les Chinois vont-ils commercialiser les céréales produits ? Comment seront transformées les cultures et pour quels débouchés ? s'est interrogé Thierry Pouch. "Il est probable que la production reparte en Chine", au détriment du marché français, a-t-il déduit.

Car en rachetant, en plus, à des prix bien supérieurs à ceux du marché français, les Chinois pourraient faire main basse sur de très nombreuses surfaces cultivables. Et dans ces situations, a regretté Thierry Pouch, "le droit de préemption des autorités locales ne peut s'appliquer que si 100% des parts sont vendues. Le consortium chinois a usé d'un artifice juridique en achetant seulement 98% des parts."

Seule solution alors pour l'expert en géopolitique agricole : "Il va falloir peut-être, pour préserver les hectares de terre en France, renforcer la législation pour exercer un droit de préemption en dessous de 100%."

Original source: France Info
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment