Djibouti : Vives tensions à Obock sur des accaparements de terres par le régime

TWITTER
FACEBOOK
Créée en mai 2014 par le Français Jean-Jacques Robin, la firme Djibouti Aqua-Mater a obtenu, le 14 août 2014, la concession de 300 ha à titre gracieux et pour trente ans par décret présidentiel.
La Lettre de l'Océan Indien | 4 mars 2016

Vives tensions à Obock sur des accaparements de terres par le régime

Le lancement d'une ferme aquacole à Obock avec l'appui du pouvoir engendre des protestations. A l'approche des élections, IOG tente de calmer le jeu.

L’envoi fin février par le premier ministre Abdoulkader Kamil Mohamed d'engins de terrassement et de bornage sur un terrain octroyé à l'entreprise d'aquaculture Djibouti Aqua-Mater à Hougef (nord d’Obock) a déclenché de vives protestations de la population. Le terrain abrite depuis des années un centre touristique appartenant au président du conseil régional, Abdo Mohamed Issé, dit Isseyta, qui a été sommé de déguerpir. Face à l’ampleur de la contestation à l’approche de l’élection présidentielle, Ismaïl Omar Guelleh, alerté par son directeur de campagne Ali Guelleh Aboubaker, a reproché à son premier ministre son imprudence et lui a demandé de surseoir à la décision pour calmer la situation.

Créée en mai 2014 par le Français Jean-Jacques Robin, la firme Djibouti Aqua-Mater a obtenu, le 14 août 2014, la concession de 300 ha à titre gracieux et pour trente ans par décret présidentiel. Il aura fallu attendre janvier 2016 pour que cette société entreprenne d'investir le site en permettant au ministre de l’éducation, Djama Elmi Okieh, d'y organiser un déjeuner pour les enseignants de la région. Or l’épouse du ministre, par ailleurs fille d'IOG, Haibado, serait associée avec Jean-Jacques Robin dans le projet Djibouti Aqua-Mater. L’implication dans cette affaire de la famille présidentielle est très mal perçue par les Obockois, qui doivent déjà composer avec l’épouse du premier ministre et cousine d’IOG, Saadia Aïnaché Guelleh, installée dans la ville. Celle-ci a fait main basse sur des activités d'import-export entre la région d'Obock et le Yémen en collaboration avec son cousin, le colonel Waïs Omar Bogoreh, commandant des garde-côtes, aux dépens des ressortissants locaux qui vivaient de ce commerce. A l'approche de la présidentielle d'avril, IOG sait qu'il marche sur des œufs dans cette région où le FRUD armé se renforce jour après jour.
Original source: LOI
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment