Logo-text

Qui pourra acheter les terres agricoles de la Saskatchewan?

Jim Zinkhan veut vendre ses terres à un bon prix, que ce soit à des investisseurs canadiens ou étrangers.  Photo :  ICI Radio-Canada

Radio Canada | 20 mai 2015

Qui pourra acheter les terres agricoles de la Saskatchewan?

Le reportage de Yascha Wecker

La Saskatchewan a lancé une consultation publique en ligne sur la loi qui régit la propriété des terres agricoles de la province pour déterminer entre autres si les régimes de pension et les fonds d'investissement devraient avoir le droit de détenir de tels titres de propriété.

Le 13 avril dernier, la province a décrété un moratoire sur l'acquisition de terres par des fiducies non familiales qui comptent plus de 10 bénéficiaires, des régimes de pension et des administrateurs de régimes de pension, le temps de mener les consultations.

À l'heure actuelle, seuls les résidents du pays et des organismes entièrement canadiens sont autorisés à détenir plus de 4 hectares (10 acres) de terres agricoles en Saskatchewan.

« Nous voulons nous assurer que notre gouvernement est dans la bonne voie et qu'il prend les bonnes décisions concernant la propriété des terres agricoles », affirme dans un communiqué le ministre provincial de l'Agriculture Lyle Stewart.

« Nous devons prêter l'oreille aux parties concernées avant de décider si des changements à la loi sont nécessaires ou non », poursuit-il.

Des agriculteurs ouverts aux investisseurs étrangers

Les terres de Jim Zinkhan, au nord-est de Regina, sont dans sa famille depuis 1893. Sans enfant, sa femme et lui souhaitent les vendre à un bon prix pour s'occuper de leurs problèmes de santé.

L'élargissement du droit d'achat et de possession à des investisseurs étrangers pourrait augmenter le prix des terres, selon lui, mais il a peu d'espoir que cela arrive.

L'agriculteur ne croit pas en cette consultation. Il soutient que le gouvernement a déjà décidé de garder les limites en place depuis le moratoire et que le processus n'est qu'une farce.

Il estime que si le gouvernement voulait véritablement consulter les parties concernées, il n'aurait pas décrété un moratoire sur l'acquisition de terres agricoles par les investisseurs institutionnels le mois dernier.

Le Fransaskois Hervé Lepage est aussi pour l'ouverture du marché aux investisseurs étrangers, tant que cela ne nuit pas à la vie des communautés.

« Je crois que ça devrait être ouvert à n'importe qui d'acheter des terres, mais ça devrait être [des gens qui] demeurent ici en Saskatchewan parce qu'on doit supporter les communautés où l'on vit en même temps », fait-il valoir.

Les personnes intéressées peuvent participer à la consultation en visitant le site web www.saskatchewan.ca/farmland (en anglais) d'ici le 10 août.

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts