Tanzanie : des milliers de paysan-ne-s chassé-e-s par un projet du G8

TWITTER
FACEBOOK
« Comment pourrais-je exprimer ce que signifie ma terre pour moi ? Elle est mon enfant, mon parent et mon moyen de subsistance ». Huba S. Uzageni agricultrice à Bagamoyo

Mediapart | 22 mai 2015

Tanzanie : des milliers de paysan-ne-s chassé-e-s par un projet du G8

Par WataYaga

L’entreprise suédoise EcoEnergy projette d’accaparer 20 000 hectares de terres pour produire du sucre dans le district de Bagamoyo en Tanzanie provoquant le déplacement des populations vivant sur et de ces terres. Par votre signature, vous soutenez les habitant-e-s de Bagamoyo en demandant au gouvernement tanzanien de stopper cet accaparement de terres.

Un projet phare du G8 en Afrique“J’ai vécu et travaillé sur cette terre pendant 23 ans, j’y suis chez moi. Pour moi, la terre est une grande opportunité. On en dépend pour de nombreuses choses, on y plante nos cultures et on y récolte nos denrées; la terre est notre vie » explique Vincent Nawahi, agriculteur à Bagamoyo.

Plus de 60 millions d’hectares de terres ont été accaparés dans le monde depuis 2000 par des multinationales ou des Etats, détruisant les moyens de subsistance et menaçant la sécurité alimentaire de nombreuses communautés paysannes.

Ces « hold-up sur les terres » sont favorisés par des accords passés entre les gouvernements et le secteur privé, notamment dans le cadre de la Nouvelle Alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition du G8, qui étendent l’accès des entreprises à la terre, à l’eau, à la main d'oeuvre, aux semences et aux marchés. Le projet d’EcoEnergy est un projet phare de la Nouvelle Alliance.

Un manque de consultation des agriculteurs-rices“Nous n’avons jamais eu la moindre influence sur les décisions concernant nos terres et notre avenir. Il n’y a eu aucune forme de transparence. Nous ne savons pas si et où nous serons réinstallés, ni le montant des compensations », témoigne Anza Ramadhani, agricultrice à Bagamoyo.

Pendant les premières phases du projet, près de 1 300 familles d’agriculteurs-rices perdront tout ou partie de leurs terres et de leurs habitations. Des centaines d’autres déplacements sont à prévoir. Bien qu’EcoEnergy ait mené un processus de consultation auprès des communautés locales, des informations cruciales liées aux effets du projet sur leur mode de subsistance et leur droit à l’alimentation et à la terre ne leur ont pas été données.

EcoEnergy et le gouvernement tanzanien prétendent que ce projet apportera de nombreux avantages aux communautés locales, mais sans l’obtention de leur consentement libre, préalable et éclairé, l’entreprise se rend coupable d’accaparement des terres.

Dites stop à ces accaparements de terres ! Envoyez ce message à M. Jakaya Kikwete, Président de la Tanzanie :

Monsieur le Président,

Je soutiens les demandes des communautés du district de Bagamoyo pour le respect de leurs droits à la terre et vous demande de :

- Suspendre le projet et conduire un nouveau processus de consultation respectant la norme en matière de consentement libre, préalable et éclairé, avec une attention particulière à la participation et aux droits des femmes.
- Mettre à disposition du public le Contrat de performance du projet, et s’assurer qu’il contienne des engagements contraignants concernant les bénéfices financiers et sociaux du projet.
- Soumettre les affirmations d’EcoEnergy sur les bénéfices financiers de ce projet à une étude indépendante.
- Chercher à promouvoir modèles de gestion foncière qui respectent les droits à la terre des usagers, en particulier des femmes, et qui garantissent des investissements responsables.

http://www.peuples-solidaires.org/2015/04/appel-urgent-tanzanie-des-milliers-de-paysannes-et-paysans-chasse-e-s-par-un-projet-d

 

Bonjour,

Nous organisons une action le jeudi 4 juin et nous avons besoin de vous !

Il y a deux mois, vous receviez notre Appel Urgent « Tanzanie : des milliers de paysan-ne-s chassé-e-s par un projet du G7 ». Nous y dénoncions un projet d'investissement menaçant d'accaparer 20 000 hectares de terres (deux fois Paris) au mépris de la sécurité alimentaire de populations vulnérables.

Aujourd’hui, nous lançons une mobilisation pour que les pays du G7 cessent d’encourager les investissements internationaux lorsque ceux-ci entraînent des accaparements de terres.

Le point d’orgue de cette mobilisation sera l’action « Paris accaparée ! » au cours de laquelle nous simulerons, place de l’Hôtel de ville (lieu à confirmer), l’accaparement de la ville par une multinationale agissant avec le soutien du G7.

Nous avons besoin de volontaires le matin du jeudi 4 juin pour réussir cette action, notamment pour distribuer des documents.
Contactez-moi sur [email protected], au 01 48 58 56 54 ou sur la page Facebook de Peuples Solidaires : pour des raisons logistiques nous, devons estimer au plus vite le nombre approximatif de participant-e-s

Solidairement,

Benjamin Lemesle
Chargé de mobilisation
Original source: Mediapart
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment