Traitement de l’information sur les questions foncieres : l’IPAO sensibilise la presse à préserver la paix sociale

TWITTER
FACEBOOK
Lors de ce séminaire, le problème foncier de Ndiael a été soulevé par le président du réseau Nord pour la protection de l’environnement mondial et secrétaire général du collectif pour la défense du Ndiael.
Sud Quotidien | 7 mai 2015

Traitement de l’information sur les questions foncieres
l’IPAO sensibilise la presse à préserver la paix sociale


par Alimatou Diagne

Garantir la paix et la stabilité sociale à travers le traitement des informations sur le foncier, tel est l’objectif de l’atelier organisé à Dakar par l’institut Panos, en collaboration avec l’Union Européenne. Organisé à l’intention des journalistes, cette rencontre de deux jours porte sur le thème «Quel est le niveau et la qualité de l’information sur le foncier au Sénégal» ?

L’institut Panos Afrique de l’Ouest est très sensible sur la qualité du traitement de l’information relative au foncier. Il a ainsi invité les journalistes Sénégalais, pour mieux assurer une paix durable, à davantage traiter l’information sur le foncier avec plus de sérieux et de prudence. Pour se faire, il a initié depuis hier mercredi 6 mai, pour une durée de deux jours, un séminaire de formation sur le thème «Quel est le niveau et la qualité de l’information sur le foncier au Sénégal» ? Cette rencontre vise à renforcer les compétences des professionnels des medias sur le traitement de l’information sur la question foncière. Dans ce cadre, un projet appelé «Medias, femmes et jeunes: coopérer pour un débat critique et inclusif sur la gouvernance foncière au Sénégal» sera mise en place selon l’assistant du coordonateur du Cadre national de concertation des ruraux (CNCR), El Hadji Thierno Cissé. Pour lui, cette thématique est essentielle compte tenu du contexte actuel de la reforme foncière au Sénégal.

El Hadj Thierno Cissé estime qu’il serait important que le traitement de l’information soit mieux fait afin de permettre aux populations d’accéder davantage à des informations de qualité. «Les medias jouent aujourd’hui un rôle essentiel sur le foncier aussi bien que sur d’autres domaines. Mais il serait mieux que la presse, pour être plus imprégnée sur la question, fasse encore des efforts car, le foncier est très technique, il faut bien le maitriser pour pouvoir en parler», explique-t-il. Le représentant du Cadre de Réflexion et d’Action de la Société Civile sur le foncier au Sénégal (Crafs), pense que beaucoup de problèmes sont résolus à travers les medias car ceux-ci jouent un rôle important dans les prises de décisions des autorités.

Pour l’information des communautés de base, a-t-il signalé, une tournée nationale sera organisée dans les 45 départements afin de mieux les mobiliser parce que la réforme, dit-il, doit être inclusive et participative. Le chargé des programmes de gouvernance à l’institut Panos Afrique de l’Ouest, Libass Hane, laisse entendre que «ce séminaire de formation résulte d’un constat qui a été fait et selon lequel l’information n’est pas suffisamment prise en compte dans la gouvernance foncière en générale, mais particulièrement dans le processus des réformes foncières».

A l’en croire, cet atelier vise à réfléchir sur la manière de livrer l’information aux populations et aussi à évaluer la responsabilité des uns et des autres sur les problèmes fonciers. Lors de ce séminaire, le problème foncier de Ndiael a été soulevé par le président du réseau Nord pour la protection de l’environnement mondial et secrétaire général du collectif pour la défense du Ndiael. Maguette Diaw est revenu sur le cas de cette localité. «26550 hectares ont été récupérés et affectés au projet Sen Huile-Sen Ethanol ce qui est grave. Mais le pire est le cas de Fanaay où il y’a eu mort d’homme. Depuis lors on fait des démarches pour reconquérir ce qui nous appartient mais sans succès, malgré la promesse de l’actuel président Macky Sall dès son arrivée au pouvoir. Des droits humains ont été bafoués sur cette affaire et nous allons continuer le combat jusqu’au bout», explique-t-il.
Original source: Sud Quotidien
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment