Logo-text

Accaparement des terres au Mali: des titres fonciers annulés

La question de l’accaparement des terres est une question cruciale au Mali. Getty Images/WIN-Initiative

RFI |

Accaparement des terres au Mali: des titres fonciers annulés

Par RFI

Au Mali, le ministère des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières, Mohamed Ali Bathily, veut lutter contre l'accaparement illégal des terres appartenant souvent à des paysans ou des citoyens démunis. Un plan qui comprend un volet concernant la spéculation foncière. Cinquante titres ont été annulés la semaine dernière.

Le ministère malien des Domaines de l'Etat et des Affaires foncières a tapé fort. Au total, cinquante titres fonciers, qui représentent près de 3 500 parcelles, ont été annulés. Le ministre Mohamed Ali Bathily et ses services ont décelé des irrégularités dans l’acquisition de ces terrains. La plupart se trouvent à Kati, à 15 kilomètres de Bamako. Des paysans et des privés, véritables propriétaires de ces parcelles, se frottent les mains.

Au Mali, le foncier est une bombe à retardement. Des plaintes des particuliers inondent les tribunaux. Des sociétés immobilières sans foi ni loi, des hommes d’affaires véreux font leur beurre grâce à des transactions foncières douteuses. L’Etat malien est décidé à mettre de l’ordre dans ce secteur et annonce la couleur : les opérations d’annulation de titres frauduleusement acquis vont se poursuivre et les coupables punis.

Parmi les dossiers en instance : une affaire d’expropriation de plusieurs centaines d’hectares de terres appartenant à des paysans dans la région de Ségou ; et plus près de Bamako, c’est le patrimoine foncier d’un ancien ministre malien, patrimoine évalué à plusieurs centaines de millions voire quelques milliards de francs CFA, qui intéresse les enquêteurs.

  • Icon-world  RFI
  • 28 Apr 2015

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts