Une plate-forme d’apprentissage et de partage d’expériences: essentielle à la gouvernance foncière solide en Afrique

TWITTER
FACEBOOK
«L’Afrique détient 60 pour cent des terres disponibles à l’échelle mondiale qui peuvent encore être exploitées pour le développement, alors ce projet contribuera aux efforts déployés par les gouvernements africains à exploiter les terres pour la sécurité alimentaire et le développement durable», explique le gouvernement suisse.

CEA | 2015-02-26

Une plate-forme d’apprentissage et de partage d’expériences: essentielle à la gouvernance foncière solide en Afrique

Niamey, le 26 février 2015 – Les pays africains accueillent une plate-forme pour la coordination et le partage des leçons, des connaissances et des expériences afin d’améliorer la gouvernance foncière  conformément a la Déclaration de l'Union africaine sur les problèmes et enjeux fonciers en Afrique. Cela a été prononcée par SE Ada Cheffou, Ministre de l’environnement, de la salubrité urbaine et du développement du Niger, au cours de la séance d’ouverture lors du lancement du «Programme UE-DDC-FAO-LPI d’appui transversal pour la gouvernance foncière en Afrique.»

Le ministre a salué les efforts conjoints de l’Initiative sur les politiques foncières, qui est un programme conjoint du consortium de la Commission de l'Union africaine (CUA), la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), et des partenaires au développement dans les déploiement de cette plate-forme importante, qui offrira aux États Membres et aux partenaires au développement l’occasion de partager leurs expériences et de promouvoir la synergie, la coordination, et l’harmonisation au niveau des pays.

Le lancement du programme et les événements connexes sont organises par LPI et la FAO, en collaboration avec le Gouvernement du Niger, du 24 au 27 février 2015, à Niamey, au Niger. Le programme continental de l’UE-DDC-FAO-LPI appuiera dix projects au niveau des pays qui ont bénéficié d’un soutien financier direct de l’Union européenne (UE) et de l’Agence allemande de coopération internationale (GIZ). Ces pays sont: l'Angola, le Burundi, la Côte d' Ivoire, l'Éthiopie, le Kenya, le Malawi, le Niger, la Somalie, le Soudan du Sud et le Swaziland.

Le programme favorise une mise en œuvre intégrée des Directives volontaires sur la gouvernance responsable des régimes fonciers des terres, pêches et forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale (VGGT) et du Cadre et lignes directrices sur les politiques foncières en Afrique (CLD). L'objectif des VGGT et CLD est de promouvoir la sécurité alimentaire et le développement durable en améliorant l'accès sécurisé à la terre, la pêche et les forêts, et en protégeant les droits fonciers légitimes en particulier pour les pauvres et les groupes vulnérables.

«Les VGGT et CLD sont des instruments idéaux pour assurer la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté, et le développement global durable,» a déclaré M. Joseph Foumbi du Bureau sous-régional pour l'Afrique de l'Ouest de la CEA, et représentant LPI et le consortium CUA-BAD-CEA. Il a ajoute que «la gouvernance foncière a reçu le soutien des trois institutions par le LPI depuis plusieurs années.» M. Foumbi a noté que le lancement et le soutien de projets pilotes sur la gouvernance foncière sur le continent sont en ligne avec la Déclaration de l'UA sur les problèmes et enjeux fonciers en Afrique, qui appelle a un renforcement des partenariats au niveau des pays et au soutien en faveur du développement, la mise en œuvre et le suivi des politiques foncières.

M. Amadou Ouattara, représentant de la FAO, a réitéré l’engagement de son organisation à soutenir la gouvernance foncière en Afrique, en collaboration avec les partenaires au développement. Notant que le VGGT est le premier ensemble d’orientations négocié à l’échelle mondiale indiquant comment gouverner la terre dans le contexte de la sécurité alimentaire, de la pêche et des forêts, il a salué l’utilisation intégrée des VGGT et CLD. Il a en outre appelé à des réunions de coordination et d’apprentissage régulières entres les projets nationaux.

Le représentant de la Direction du développement et de la coopération (DDC), M. Stefano Berti, a félicité le Gouvernement du Niger pour avoir accueilli le lancement du programme, et a souligné que la Suisse s’engage à soutenir les partenaires africains dans le développement de politiques foncières solides. «L’Afrique détient 60 pour cent des terres disponibles à l’échelle mondiale qui peuvent encore être exploitées pour le développement, alors ce projet contribuera aux efforts déployés par les gouvernements africains à exploiter les terres pour la sécurité alimentaire et le développement durable.» Il a note la satisfaction de la DDC de voir que les questions relatives aux droits fonciers des femmes sont traitées dans le cadre de futurs projets de politique foncière, et a promis un soutien continu a LPI.

«Les questions foncières sont au cœur de la lutte contre la pauvreté et pour la sécurité alimentaire, mais si elles ne sont pas correctement traitées elles peuvent conduire a des conflits,» a noté l’Ambassadeur Raul Mateus Paula, le Chef de la délégation de l'UE au Niger. Il a note que la gouvernance foncière est une priorité majeure pour l’engagement de l’UE avec l’Afrique comme en témoigne le niveau de soutien panafricain à LPI, et ce soutien d’environ 33 millions d’euros versés directement aux dix pays d’Afrique.

Le lancement a réuni environ 60 participants les gouvernements des dix pays, les chefs traditionnels, les associations d’agriculteurs, la société civile et les partenaires au développement. Le lancement officiel du programme a été précédé par un atelier de sensibilisation des acteurs sur les VGGT et CLD. Il sera suivi par une réunion d’apprentissage et de coordination (les 25 et 26 février) pour les dix projets de pays, et une formation sur les VGGT et CLD, prévue pour le 27 février 2015.

L'Initiative sur les politiques foncières est un programme conjoint du consortium tripartite composé de la Commission de l'Union africaine (CUA), la Banque africaine de développement (BAD) et la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA). Son mandat est de faciliter la mise en œuvre de la Déclaration de l'UA sur les problèmes et enjeux fonciers en Afrique.

Original source: CEA
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment