Au Paraguay, accaparement des terres et des ressources naturelles

TWITTER
FACEBOOK
Au Paraguay, 900.000 personnes ont déjà été chassées de leurs terres pour faire place aux monocultures de soja transgénique et aux élevages industriels. Dernières victimes en date, une centaine de familles du peuple autochtone Avá Guaraní ont été déplacées de force dans le district de Corpus Christi.

gitpa | 12 décembre 2014

AU PARAGUAY

ACCAPAREMENT DES TERRES ET DES RESSOURCES NATURELLES

LES AVA GUARANI, L’UN DES PEUPLES LES PLUS OSTRACISÉ DU MONDE VIENNENT DE SUBIR DEUX VIOLENTES AGRESSIONS ET SE FONT EXPULSER DE LEUR TERRITOIRE

Au Paraguay, 900.000 personnes ont déjà été chassées de leurs terres pour faire place aux monocultures de soja transgénique et aux élevages industriels. Dernières victimes en date, une centaine de familles du peuple autochtone Avá Guaraní ont été déplacées de force dans le district de Corpus Christi.

Le 20 mai dernier, la communauté Y’apo a subi l’assaut de 300 policiers qui brûlèrent leurs maisons et détruisirent leurs temples. N’ayant pas les moyens physiques de résister, les habitants ont fuit dans les forêts avoisinantes. En juin, plusieurs Avá Guaraní furent grièvement blessés lors d’une nouvelle attaque, cette fois-ci menée par 50 agents de sécurité armés.

Pour la sœur Raquel Peralta de la Coordination nationale de la Pastorale indigène (Conapi), « le but ultime est de chasser tous les autochtones de leurs terres pour faire place aux cultures de soja et aux élevages de bovins. »

Le peuple Avá Guaraní est en conflit avec la société Laguna SA qui prétend posséder 5.000 hectares de son territoire. Dans dans la zone Yvrarovana près de la Réserve naturelle de Mbaracayaú, l’entreprise a déjà défriché des forêts vierges pour les convertir en plantations de soja.

Au Paraguay, où 85% des terres sont entre les mains de seulement 2,5% de la population, les conflits provoqués par l’accaparement des terres et des ressources naturelles sont inévitables. Les confrontations entre les grands propriétaires fonciers, une élite aux pratiques mafieuses, et les paysans sans terres sont nombreuses, une des plus mémorables étant le massacre de Curuguaty il y a deux ans.

Écrivons aux autorités paraguayennes pour que les Avá Guaraní retrouvent leurs terres !

Lien vers la lettre de protestation de Sauvons la Forêt

Informations sur les guarani sur le site du GITPA

Original source: gitpa
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment