Hubert Ouedrago: ”Le foncier, une ressource importante pour le développement de l’Afrique”

TWITTER
FACEBOOK
Original_image20-300x225
Financial Afrik | 13 novembre 2014

Hubert Ouedrago: ” le foncier, une ressource importante pour le développement de l’Afrique”

Propos recueillis par Ibrahima Dia, envoyé spécial à Addis Abeba

Hubert Ouedrago est l’expert principal de l’initiative sur les politiques foncières au niveau de la Commission Économique pour l’Afrique (CEA). Nous l’avons rencontré lors de la journèe de workshop dédiée au rôle des mèdias dans les politiques foncières en Afrique. Interview:

Quel regard portez vous sur l’Afrique des dix prochaines années dans son plan de développement de l’investissement foncier?

Je dirai tout d’abord que le foncier est une ressource extrêmement importante pour le développement de l’Afrique. Vous savez que le continent présente l’une des plus fortes croissances croissance dans le monde. C’est une donne qui dure depuis des années. Les experts économistes indiquent que ce sont des perspectives qui vont se poursuivre à moyen terme. Cette durabilité de la croissance ne pourra être assurèe que si elle est encadrée. Et, parmi les mesures d’accompagnement, il est est important de mettre en place des politiques foncières fiables et efficaces. Les autres continents se sont développés à travers de bonnes organisations et gestion de la terre. L’Afrique doit elle aussi emprunter cette voie.

Comment la politique foncière mise en place par l’union africaine pourra-t-elle profiter aux villageois propriétaires de terres et aux moyens financiers limités ou inexistants?

je ne dirai pas que l’Union Africaine a mis en place des politiques mais plutôt des cadres pour orienter et guider le developpement des politiques foncieres nationales. Comme vous le savez, la politique foncière est un problème difficile aussi bien à élaborer qu’à gérer. C’est pourquoi nous avons travaillé sur les experiences des 30 années voir plus afin de mieux voir où sont les bonnes pratiques. Il appartient donc a chaque État de developper sa propre politique foncière parce que l’Afrique est un continent de la plus grande diversité ethnique, historique, ecologique et culturelle. Donc, les politiques foncières doivent être nationales. Et de là, il appartient a l’Etat de travailler à sa mise en oeuvre. Une mise en oeuvre qui permettra à cette politique foncière d’influer positivement sur les propriétaires terriens.

On dit tres souvent que la terre nappartient qu a celui qui la cultive, partagez vous cet avis?

je ne sais pas si je dois adhérer à ce principe. Je dirai plutôt qu’en matière de terre, il y a quand-même des légitimités historiques. Vous avez des populations et des communautés qui ont travaillé la terre, qui y vivent depuis des siècles et qui en sont propriétaires aujourd hui. Certes, ces mêmes populations peuvent manquer de moyens pour valoriser ces terres mais cela ne donne pas aux groups financiers ou aux élites modernes ayant plus de moyens le droit d’accaparer ses terres. Je dirai par contre qu’aujourd’hui la première chose qu’un État qui se fait respecter se doit de protéger ses populations. Et si ces populations sont protégées dans leur droit tout sera ouvert pour négocier, exploiter et valoriser les terres.
Original source: Financial Afrik
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment