Pour «manque de base juridique» : Le collectif pour la défense du Ndiaël exige «l’annulation du projet Sen Huile»

TWITTER
FACEBOOK
Ndar Buzz | 30 mai 2014

Pour «manque de base juridique» : Le collectif pour la défense du Ndiaël exige «l’annulation du projet Sen Huile»
 
Quelques mois après la signature du protocole de la paix entre les présidents des collectifs des populations et Gnith et de Ronkh, les présidents des communautés rurales de ces deux localités et le directeur général d’alors, de l’agro-industrielle Sen Huile-Sen Ethanol, Benjamin Dumaï, les mouvements de protestations ont repris dans cette partie du Walo. En effet, pas plus tard qu’avant-hier, une frange de la population de la communauté rurale de Gnith a élevé la voix pour protester contre ce projet qu’elle juge «nul et non avenu».

Très remontées, ces populations comptent dérouler dans les prochains jours leur plan d’action baptisé «Sos Ndiaël». «Nous, le mouvement citoyen «Doyna, ça suffit», le collectif des éleveurs du Ndiaël et le réseau nord pour la protection de l’environnement mondial, allons organiser une marche de protestation de Gnith à Ross Béthio avec tous les acteurs de la société civile, pour remettre un cahier de doléances au Sous-Préfet», a déclaré M. Diaw.

Manifestant son indignation par rapport à l’installation du projet Sen Huile-Sen Ethanol, l’animateur principal du collectif pour la défense du Ndiaël, Maguette Diaw interpelle le Chef de l’Etat. «Nous disons au Président Macky Sall que vu tous les manquements de la part du projet Senhuile que le président Wade lui a légué et qui n’a aucune base juridique d’annuler ce projet».

Poursuivant, le président du réseau nord pour la protection de l’environnement mondial ajoute : «Ce projet n’a aucune base juridique. Les décrets 2012-366 et 2012-367 du 20 mars 2012 ont été signés le même jour, c’est-à-dire à 5 jours du second tour des élections présidentielles, sans publication au journal officiel». Pour ce qui est du décret de déclassement, M. Diaw indique que les procédures sont violées. «La commission régionale de conservation des écosystèmes ne s’est jamais réunie».

Ces populations du Ndiaël comptent également mener une bataille judiciaire contre Sen huile. «Nous allons saisir la cour suprême pour demander son annulation», a annoncé M. Diaw. Non sans se demander : «Comment le régime d’alors a pu faciliter l’installation d’un tel projet où le directeur général est trempé dans des évasions fiscales dans beaucoup de pays. Et actuellement, le temps nous a donné raison».

Pour ces protestataires, cette agro-industrielle qui occupe aujourd’hui plus de 20.000 hectares a violé l’article 5 dudit décret qui, selon elles, stipule que «Sen Huile-Sen éthanol est tenu de respecter la bonne pratique environnementale».
Original source: Ndar Buzz
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment