La Chine compte étendre sa surface agricole…à l’étranger

TWITTER
FACEBOOK
Food, Feed, Fuel | lundi 12 mai 2008


La Chine est de plus en plus préoccupée par sa dépendance grandissante vis-à-vis des importations de soja. La hausse de la demande sur son marché domestique pulvérise les objectifs d’autosuffisance, obligeant ainsi l’empire du milieu à importer en masse céréales et oléagineux. Dans un souci de reprendre le contrôle sur son approvisionnement alimentaire, les autorités étudient actuellement la mise en place d’une politique incitative visant à encourager les entreprises agricoles chinoises à acheter et louer des terres cultivables en grande quantité, plus particulièrement en Afrique et en Amérique du sud.

Li Zhengdong, le Directeur du Département de Coopération Internationale du ministère chinois de l’agriculture, affirme que le plan d’incitation n’est pour le moment qu’au stade d’étude. Rien ne devrait vraisemblablement s’opposé à un tel plan. Cela fait quelques années que les autorités chinoises envisagent d'appliquer ce type de politique incitative au secteur agricole, comme il le fait déjà avec les banques d’Etats et les entreprises pétrolières nationales.

Avec 40% de la paysannerie mondiale, la Chine ne possède que 9 % des terres cultivables (13% du territoire). Cet espace restreint se réduit sous la pression d’une urbanisation galopante. L’expansion hors des frontières apparait donc comme une obligation. Des acquisitions relativement importantes ont déjà eu lieu au Mozambique (1000 Ha, riz et maïs) et au Cameroun (10.000 Ha, riz). Jiang Wenlai, de l'Institut Chinois d'agronomie assure que " les pays accueillant les investissements chinois en matière d'agriculture en tireront eux aussi de grands bénéfices". Reste à savoir comment s'y prendront les chinois une fois sur le terrain. Les pays concernés ne verrons surement pas ces investissements d’un bon œil si Pékin envoie des travailleurs chinois exploiter ces terres, à l'image de ce qui s'est produit sur les chantiers de construction en Afrique.

Sources: Financial Times, InfoBAE

Original source: Food, Feed, Fuel
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment