Sénégal : Les 37 villages de la zone disent non à la presence de Senhuile Senéthanol et menacent de marcher avec le bétail

TWITTER
FACEBOOK
Les populations regroupées autour du Collectif des 37 villages riverains du Ndiael sont montées au créneau le jeudi 10 avril 2014 à Téméye (Région de Saint-Louis)

Wetlands Africa | 21 avril 2014 | English

Téméye a été le point de convergence des riverains du Ndiael. Ils viennent d’exprimer leur ras-le-bol face à la présence du Projet Senhuile qui a fini de conquérir leurs terres. Le Collectif des 37 villages qui compte 9.000 habitants et 100.000 bêtes s’oppose et prépare une marche. Les populations ont lancé le début d’une campagne et interpellent le Président Sénégalais Macky Sall. 

Les populations regroupées autour du Collectif des 37 villages riverains du Ndiael sont montées au créneau le jeudi 10 avril 2014 à Téméye (Région de Saint-Louis), dans le Nord du Sénégal pour protester contre le projet Senhuile implanté depuis deux ans dans la zone.

Les communautés locales (9.000 âmes) ont donné le coup d’envoi d’une campagne nationale et internationale  pour la préservation de leurs droits. Elles sont d’autant plus déterminées que la remise en eau de la Réserve Spéciale d’Avifaune du Ndiael est menacée malgré les efforts de certaines organisations comme Wetlands International qui s’y sont investies depuis trois ans.

Les femmes notamment sont contraintes de parcourir de très longues distances pour accéder aux sources d'eau, de nourriture et de bois de chauffage

‘’ L’eau qui coulait à partir du Canal de Yetti Yone qui arrivait à la grande marre au grand bonheur des populations riveraines et des oiseaux migrateurs en janvier dernier a tari. Elle est pompée à partir du chenal pour arroser les plantations de Senhuile et toute biodiversité va disparaître si l'Etat du Sénégal et la communauté internationale ne font pas d'effort ‘’ a déclaré sans ambages Ardo Sow, le porte parole des populations du Ndiael lors d’un vaste rassemblement.

Gorgui Sow, le chef de village de Daymane et membre du collectif des 37 villages est catégorique ’’ les activités de l’entreprise Senhuile nous privent d’un accès à la majorité des pâturages, et aux sources de nourriture, d’eau et de bois de chauffage. Les femmes notamment sont retournées au Moyen-âge, contraintes qu’elles sont de parcourir de très longues distances pour accéder à ces ressources ‘’. Bayal Sow va plus loin et ajoute que les conséquences du projet sont incalculables pour les près de 9.000 habitants et les (100.000 têtes de bétail) qui vivent pour l’essentiel de l’élevage semi-nomade.

Tous les intervenants à ce grand rassemblement ne comprennent pas l’entêtement de l’Etat et de Senhuile malgré l’opposition des populations locales vis-à-vis de ce projet contesté depuis le début. ‘’ Nous assistons à une nouvelle forme de colonisation. Le projet se comporte en maitre dans la zone. On veut nous imposer ces étrangers après le refus de Fanaye mais ça ne passera pas. Nous sommes prêts à mourir pour défendre nos terres car nous sommes des sénégalais et ne pouvons aller ailleurs ‘’ a martelé Ardo Sow.

Ils interpellent le Chef de l’Etat Macky Sall qui leur avait promis son soutien lors de la campagne électorale de la Présidentielle de2012. ‘’ On nous nous dit que Senhuile c’est pour lui ’’ ont-ils clamé. Toutefois, le collectif avertit et annonce dans la foulée une marche en présence du cheptel qui est inscrite dans l’agenda d’un plan d’action pour face à ces  ‘’envahisseurs’’ venus d’Italie.

Les riverains ont reçu le soutien de 15 ONG, dorénavant à leurs cotés dans ce combat.

Mme Aissata Dia qui a porté la parole du collectif de la société civile a déploré l’épandage d'engrais par la société à partir d'un avion et qui peut avoir des conséquences néfastes pour la santé des populations, le bétail et l'environnement.

Pour sa part, Mme Aissata Dia qui a porté la parole du collectif de la société civile à déploré l’épandage d'engrais par la société à partir d'un avion et qui peut avoir des conséquences néfastes pour la santé des populations, le bétail et l'environnement. Avant d’affirmer que le Consortium regroupe des organisations de la trempe de Wetlands International, d’ActionAid, de la Raddho, du Cncr, du Congad, du Forum Civil, d’Enda Pronat, de l'Institut Panos ..., entre autres acteurs qui travaillent sur l’environnement,  le foncier et la sécurité alimentaire.

Du Pont Alain à Téméye en passant par la RSAN, le Collectif des 37 villages du Ndiael a sillonné une partie des communautés rurales de Diama et de Gnith (Région de Saint-Louis). L’objectif était  de montrer à la délégation composée des organisations de la société civile et des représentants des habitants, les impacts négatifs de Senhuile sur les populations locales.

L’Etat du Sénégal a déclassé sous le règne du Président Abdoulaye Wade, 20.000 ha de la Réserve Spéciale d’Avifaune du Ndiael (RSAN) qu’il a octroyé à la société Senhuile SA pour ses activités agricoles dans la zone.  Un projet annulé avec l’arrivée du Président Macky Sall au pouvoir avant d’être autorisé à nouveau quelques mois plus tard. Depuis lors le feu couve car les populations locales sont foncièrement contre.

Photos : Wetlands Africa

Original source: Wetlands Africa
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment