Conférence de presse de la Convergence malienne contre les accaparements de terres

TWITTER
FACEBOOK
Convergence malienne contre les accaparements de terres (CMAT) | 24 mars 2014

Conférence de presse de la CMAT du 24/03/2014

Lieu : Siège de l’Union/UACDDDD

Un village des sans terre à partir du 31 mars 2014 à Bamako-Mali


La Convergence malienne contre les accaparements de terres (CMAT) est un regroupement de mouvements sociaux qui a pour but de lutter contre toute forme d’accaparement des terres, y compris les ressources naturelles. Elle se veut être aussi une force de propositions pour la sécurisation des terres et de la gouvernance foncière en général. Elle est composée de : AOPP, CAD-Mali, CNOP-Mali, LJDH, UACDDDD/No Vox.[1]

Pourquoi cette conférence de presse ?

Les populations maliennes, qu’elles soient en zone urbaine, péri-urbaine, rurale, ou dans la zone office du Niger, ont été dépossédées de leur terre, de leur maison, sans aucune information et sensibilisation au préalable, victimes de la corruption et de l’abus de pouvoir, au profit de soit disant investisseurs qui eux bafouent les lois, les droits coutumiers, les droits humains…

Depuis des années, les différentes organisations membres de la CMAT se sont mobilisées. Le 13 mars 2012, sous la houlette de l’UNION soutenue par les autres membres de la CMAT une marche est organisée suivie d’un sit-in. Face à cette mobilisation, le Premier Ministre met en place une commission interministérielle (décision n° 2012-0042/PM-RM du 14 mars 2012). Cette commission créa à son tour une commission technique interministérielle (décision 2012-0154/MATCL-SG du 16 mars 2012) chargée de l’examen des doléances des problèmes posés. Le rapport final de cette commission réunie le 17 décembre 2013, a été transmis par lettre N°01108/MEA-SG du 19 décembre 2013 de Monsieur le Ministre de l’environnement et de l’assainissement, Président de la commission, à Monsieur le Premier Ministre pour approbation et reprend 10 cas prioritaires (voir lettre jointe). Le gouvernement s’engageait d’aller sur le terrain pour apprécier réellement la situation et rencontrer les victimes.

D’autre part une mission conjointe en novembre 2013 de la CMAT et Fian international spécifiquement sur trois villages Sanamandougou/Saou, Sansanding et San, a révélé l’ampleur des violations des droits humains, à l’alimentation, accès à la terre etc. Cela a fait l’objet d’une lettre au niveau du président de la république (voir lettre jointe).

Constatant que :

- Depuis le 17 décembre 2013 le rapport final de la commission ad-hoc est bloqué au niveau de Monsieur le Premier Ministre ;

- Que la CMAT a été reçue par la cellule technique de développement rural et environnement de la primature en février 2014 qui devait appuyer pour envoyer une délégation interministérielle au plus tard début mars

- Les autorités continuent d’opérer sur tous les terrains litigieux ;

- Nos membres sont victimes d’arrestations arbitraires systématiques ;

- la dégradation sans cesse de la situation foncière au Mali, le nombre toujours croissant des déguerpis, le business d’une minorité sur le dos de peuple, l’accaparement des champs des paysan-ne-s et leur intoxication par des produits phyto-sanitaires utilisés abusivement ;

- Le manque de volonté politique des autorités à résoudre les problèmes posés ;

- la loi Hamidou Diabaté menace 80% des malien-ne-s, détenteurs de droits coutumiers

- une politique et une loi foncière est en cours d’élaboration et qu’elle doit reprendre les revendications des populations pour assurer leur sécurisation foncière entre autre enregistrer et reconnaitre les droits coutumiers sur les terres collectives des terroirs/villages et que l’Etat immatricule ses biens et assure le fonctionnement des commissions foncières

- redistribuer les terres aux paysan-ne-s dans l’office du Niger

Malgré les multiples démarches pacifiques, légalistes et légitimes, et nombreuses interpellations des autorités à tous les échelons ! Rien ne bouge ! Aucune réponse concrète !

Dans une démarche de recherche de solution immédiate en vue de permettre aux victimes de vivre dans la dignité et continuer à nourrir leur famille et le pays, la CMAT a décidé d’initier une marche suivie d’un sit-in dénommé « Village des Sans terres » à Bamako à partir du 31 mars 2014 qui mobilisera non seulement les villages précités mais l’ensemble des zones urbaines, péri-urbaines et rurales touchées.

L’itinéraire de la marche partira de la Bourse du travail jusqu’à la cité administrative en passant par le boulevard de l’indépendance.

Lieu du Sit-in : face à la cité administrative de Bamako.

A télécharger :
Dossier de presse : http://farmlandgrab.org/uploads/attachment/dossier_de_presse.doc
Lettre de FIAN : http://farmlandgrab.org/uploads/attachment/lettre_FIAN.pdf

[1] AOPP : L’Association des Organisations Professionnelles Paysannes, CAD-Mali : Coalition des Alternatives Africaines Dettes et Développement, CNOP-Mali : Coordination Nationale des Organisations Paysannes du Mali, LJDH : Ligue pour la Justice, le Développement et les Droits de l'Homme, UACDDDD/No Vox: Union des Associations et de Coordination d’associations pour le Développement et la Défense des Droits des Démunies 

Original source: CMAT
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

1 Comments


  1. Landjustice Westafrica
    24 Mar 2014

    Landjustice Westafrica encourage vivement cette initiative du CMAT et attend impatiemment de connaitre la suite.

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment