Les britanniques vont réaliser 12 fermes de 36000 vaches laitières à Ghardaia

TWITTER
FACEBOOK
Le gouvernement s’est résolument tourné vers l’investissement étranger dans le secteur agricole. Après le projet des fermes pilotes lancé en 2011 pour bénéficier de l’expertise étrangère en matière de gestion, l’Algérie vient de donner son accord pour un projet plus important pour la reproduction de vaches laitières et de développement des cultures fourragères.
Maghreb Emergent | le 10 novembre 2013

Les britanniques vont réaliser 12 fermes de 36000 vaches laitières à Ghardaia

Yazid Ferhat
 
L’Algérie s’apprête à accueillir un grand projet d’investissement dans le domaine de la production laitière, a annoncé ce dimanche à Alger, le ministre de l’Agriculture et du développement rural, Abdelwahab Nouri. S’exprimant en marge de la réunion trimestrielle sur les contrats de performance des wilayas dans le secteur agricole, le ministre a indiqué que ce projet présenté par des investisseurs irlandais et britanniques prévoit la création de 12 fermes de 3000 vaches laitières chacune réparties sur superficie de 120 000 ha et le développement de la filière fourragère. « Algérie a donné son accord de principe pour ce projet qui sera réalisé selon la règle 51/49 régissant l’investissement », a-t-il précisé, ajoutant que le projet sera implanté entre El Ménéa et Ghardaia. Selon lui, l’Etat a déjà réservé 5000 ha pour lancer le projet, avant d’augmenter graduellement la superficie.

Le ministre a expliqué la contribution de l’investissement étranger par le souci de bénéficier du savoir-faire dans le domaine agricole. L’Algérie a lancé un appel à participation en direction des investisseurs étrangers en 2011 pour la gestion et l’exploitation de fermes-pilotes. Actuellement, il existe 174 fermes-pilotes sur le territoire national qui sont gérées par des exploitants étrangers, selon la règle 51/49.

Encourager les investisseurs nationaux

Parallèlement au recours à l’expertise étrangère pour l’amélioration de la productivité du secteur, le ministère prévoit un plan d’assainissement du foncier agricole pour encourager l’investissement des nationaux. Pour M. Nouri, le ministère de l’Agriculture travaille actuellement pour « réunir les conditions propices à l’investissement dans le secteur agricole ». A ce propos, le ministre est revenu au phénomène de l’abandon de certaines terres agricoles concédées par l’Etat au profit d’investisseurs nationaux. Il a annoncé en ce sens une enquête sur les raisons qui font fuir les investisseurs. Le ministre a rappelé la ferme volonté de l’Etat d’appliquer la loi 10/03 régissant le foncier agricole et qui prévoit le retrait du droit de concession si l’attributaire n’engage pas d’investissements sur  les terres concédées.

Excédent de minoteries et de laiteries

Par ailleurs, le ministre a rappelé l’excédent des capacités nationales en minoteries et laiteries, par rapport aux besoins nationaux en matière de céréales et de lait. «Nous disposons de 25 % de laiteries en plus et 20 % de minoteries », a-t-il précisé, ajoutant que le secteur ne peut fournir la matière première nécessaire pour faire tourner toutes les unités de production existantes. L’Etat accorde aux minoterie et semouleries, à travers l’Office interprofessionnel des céréales (OAIC),  un quota de céréales à prix subventionné de 70 % de leurs capacités de trituration. Il fait de même avec les laiteries par le biais de l’Office national interprofessionnel de lait (ONIL) en fournissant la poudre de lait subventionnées, selon le taux d’intégration du lait cru dans la fabrication. « Si on doit donner la matière première pour toutes les unités de production, on doit aussi multiplier nos importations », a expliqué le ministre,  annonçant la mise en place prochaine d’une cartographie nationale des unités de production pour trouver une solution à ce problème.
Original source: Maghreb Emergent
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment