Rapport sur l’implication des banques belges dans la spéculation

TWITTER
FACEBOOK
Original_sosfaim

SOS Faim 18-06-2013

Rapport sur l’implication des banques belges dans la spéculation

Des banques en Belgique jouent avec la faim

Des banques en Belgique jouent avec la nourriture. C’est ce que révèle le rapport « La complicité des banques en Belgique dans la spéculation sur l’alimentation » présenté ce mardi 18 juin par le CNCD-11.11.11, SOS Faim, Oxfam Solidarité, Réseau financement alternatif et FAIRFIN.

Les banques BNP Paribas Fortis et Deutsche Bank se distinguent par la multiplicité des fonds proposés et l’ampleur des montants. Axa, Belfius, ING, ABN Amro sont aussi pointées dans le rapport. Plus de transparence et une régulation du secteur financier sont les mesures préconisées par les ONG pour lutter contre ce fléau.

Les ONG ont recensé 28 fonds et de nombreux produits financiers au sein desquels la part des investissements sur les matières premières agricoles avoisinerait 950 millions d’euros. « Ces chiffres ne représentent que la pointe de l’iceberg dû au manque de transparence du secteur financier », concluent les chercheurs. Près de 80% de la spéculation resterait encore dans l’opacité.

Il est scandaleux que ces banques lèvent 6 fois plus de fonds menaçant la sécurité alimentaire de millions de consommateurs pauvres dans les pays du Sud que l’Etat belge n’en dépense pour tenter de résoudre l’insécurité alimentaire.

« Cette spéculation sur les denrées alimentaires a des conséquences désastreuses. Elle plonge les populations les plus pauvres dans la faim et la pauvreté. La facture alimentaire de ces pays a été multipliée par 5 entre 1992 et 2008. Les populations sont les victimes et non les bénéficiaires de la volatilité des prix » souligne Olivier De Schutter, rapporteur des Nations Unies pour le droit à l’alimentation.

Les responsables politiques belges, à commencer par le ministre des Finances, doivent défendre au niveau européen l’accord de gouvernement stipulant la lutte contre la spéculation excessive sur les produits agricoles. Pourtant, au niveau belge, les amendements introduits le 4 juin dernier par le CD&V, le CDH, le MR et le VLD dans la proposition de résolution du PS l’ont vidé de son contenu et ouvert la porte à toutes les spéculations.

Dans l’attente d’un cadre juridique contraignant, les ONG demandent aux banques impliquées de supprimer ces fonds et de réinvestir l’argent dans des alternatives durables et éthiques.

 

Pour plus d'information :

Contact : Virginie Pissoort responsable de campagne SOS Faim 0478/49.66.84

Téléchargez le rapport

Visionnez la capsule « Pour l'arrêt immédiat de la spéculation financière sur l'alimentation »

Original source: SOS Faim
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment