La BAD va financer des projets agro-industriels d’Olam à hauteur de 80 millions $

TWITTER
FACEBOOK
Olam cultive aujourd'hui 400 000 ha et, en incluant ses concessions sylvicoles, il contrôle 2,1 millions d'hectares - la surface d'Israël. (AFP)

Agence Ecofin | 27 juin 2013

La BAD va financer des projets agro-industriels d’Olam à hauteur de 80 millions $

(Agence Ecofin) -- Le Conseil d'administration de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, le 26 juin, un prêt – de premier rang en monnaies locales – équivalent à 80 millions de dollars, en soutien au programme d'investissement du géant singapourien de l’agro-business Olam en Afrique.

Ce programme vise à approfondir l'intégration de la chaîne de valeur agricole du groupe Olam, à travers des investissements dans les activités de transformation du blé et de l'huile de palme en Afrique. Le programme comprend cinq sous-projets, respectivement au Cameroun, au Ghana, au Mozambique et au Sénégal. Olam Aviv Investment Holdings Mauritius, filiale à 100 % du groupe Olam, sera l'entité emprunteuse.  

Le programme d'investissement d'Olam en Afrique, dans le cadre de la chaîne de valeur, devrait générer, selon la BAD, 600 000 tonnes par an de capacité supplémentaire de transformation du blé et un million de tonnes pour la chaîne d'approvisionnement en huile de palme avec l'infrastructure correspondante. Il devrait  créer 8500 emplois directs et indirects, dont 25 % pour les femmes, dans l'approvisionnement ainsi que des emplois dans la distribution.

L'opération aidera également à développer le secteur privé, grâce au partenariat noué avec un groupe agro-alimentaire international, qui renforcera les rouages de la chaîne d'approvisionnement pour le secteur, ainsi que les marchés financiers locaux grâce à l'émission d'obligations. « Le programme d’investissement d’Olam  permettra d'améliorer la chaîne régionale d'approvisionnement alimentaire et d'agir comme un catalyseur en faveur de la création d'emplois et de la viabilité du secteur agro-alimentaire et, par là même, de la sécurité alimentaire en Afrique », précise la BAD dans un communiqué. Et d’ajouter : « la taille du groupe Olam et la force de distribution existante auront un impact positif sur la coordination et l'intégration des marchés alimentaires et agricoles  qui sont extrêmement fragmentés du fait des frontières régionales, nationales et même locales, et de la prédominance de l'agriculture à petite échelle dans la région ».

Présent dans 65 pays, le groupe Olam, leader des chaînes d'approvisionnement globales intégrées, s'est imposé en chef de file dans nombre de ses activités - incluant la transformation et la commercialisation du cacao, du café, de la noix de cajou, du sésame, du riz, de produits issus du coton et du bois. En Afrique, l'activité du groupe comprend une chaîne d'approvisionnement intégrée de 16 produits, qui emploie 6800 salariés, dont 1700 femmes.

Olam travaille avec près de 3,4 millions de petits agriculteurs en Afrique. Le groupe est également engagé dans 110 initiatives d'assistance auprès de petits producteurs, pour les épauler face aux difficultés qu'ils rencontrent, telles que la pauvreté, le manque d'éducation et de services sociaux de base, et les aider à bâtir leur sécurité alimentaire.

En 2012, Olam a remporté le « Prix du leadership pour le développement durable en Afrique » lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale à Tokyo. Ce prix récompense la « Charte des moyens de subsistance Olam »,  un programme phare de responsabilité sociale qui, d'ici 2015, bénéficiera à près de 500 000 agriculteurs en Afrique.

Original source: Agence Ecofin
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment