Logo-text

Chine : Conférence de presse du 22 septembre 2011

M. Hong Lei nie les affirmations du rapport d'Oxfam
Ministère des Affaires Etrangères de la République Populaire de Chine

Conférence de presse du 22 septembre 2011

Le 22 septembre 2011, le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hong Lei a tenu une conférence de presse.

Hong Lei a commencé par communiquer des informations sur la rencontre du Ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi avec le Président du « Conseil national de Transition » (CNT) de la Libye Moustapha Abdeljalil. Cette rencontre qui a eu lieu en marge du Débat général de la 66e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le 21 septembre, heure locale, le Ministre des Affaires étrangères Yang Jiechi a rencontré, à New York, le Président du CNT de la Libye Moustapha Abdeljalil, en marge du débat général de la 66e session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Il a affirmé que la Chine reconnaît le CNT comme autorité au pouvoir et représentant du peuple libyen, et soutient l'indépendance, la souveraineté, l'intégrité territoriale et le développement de la Libye. Rappelant les assistances humanitaires accordées par la Chine à la Libye, il a exprimé la volonté de la Chine d'en envisager activement de nouvelles dans la mesure de son possible et le souhait sincère de la Chine de voir la reprise et le développement de la coopération sino-libyenne dans l'intérêt du peuple libyen.

Le Président Moustapha Abdeljalil, quant à lui, a affirmé que le peuple libyen, qui a une grande estime pour la Chine, est reconnaissant à la Chine pour son soutien dans le cadre du Conseil de Sécurité et son aide, et souhaite voir un développement meilleur des relations entre les deux pays. Selon lui, vu le statut sans cesse croissant de la Chine sur le plan international et son rôle leader dans les affaires du monde, tout pays désireux de se développer tournera son regard vers la Chine et cherchera à développer ses relations avec elle.

Q : Quel est votre commentaire sur le résultat de la rencontre d'hier entre les chefs des délégations de la RPDC et de la République de Corée aux pourparlers à six ?

R : Faire progresser les pourparlers à six correspond aux intérêts communs de toutes les parties. La Chine souhaite que les deux parties de la Péninsule coréenne puissent maintenir leurs contacts et dialogue et obtenir des résultats, afin de créer des conditions propices à la reprise des pourparlers à six.

Q : Récemment, l'Oxfam a publié un rapport qui affirmait que la Chine aurait acheté massivement des terres en Afrique, nuisant ainsi aux intérêts des populations locales. Qu'en pensez-vous ?

R : Ces allégations sont infondées. Le gouvernement chinois s'en tient toujours au principe de l'autosuffisance alimentaire assurée par la production intérieure et n'a jamais eu de projet d'achat massif de terres en outre-mer. Bien au contraire, elle a toujours fait autant qu'elle peut pour fournir des aides alimentaires aux pays africains et les aider à développer la production agricole. Récemment, elle a fourni une aide alimentaire d'urgence d'une valeur totale de plus de 400 millions de yuans RMB aux pays de la Corne de l'Afrique frappés par la grave sécheresse et la famine. Par ailleurs, en faisant valoir ses atouts en matière de technologies agricoles, elle a créé dix centres pilotes agricoles en Afrique et a envoyé sur place un millier d'experts et techniciens agronomes pour aider les pays africains à faire face au problème de la sécurité alimentaire. Ces initiatives ont été largement saluées par les nombreux pays africains. Des entreprises chinoises développent aussi la coopération agricole avec des pays africains selon les modes commerciaux courants dans le monde, mais il s'agit tous des projets de petite envergure, et leurs produits agricoles sont destinés principalement aux marchés locaux.

Q : La Chine a-t-elle eu des contacts avec les représentants de la RPDC et de la République de Corée aux pourparlers à six ? Veuillez nous donner des informations là-dessus.

R : Ce matin, le Représentant spécial du gouvernement chinois pour les affaires de la Péninsule coréenne Wu Dawei s'est entretenu avec le Représentant spécial pour les affaires de paix et de sécurité de la Péninsule coréenne du Ministère des Affaires étrangères et du Commerce extérieur et chef de la délégation aux pourparlers à six de la République de Corée Wi Sung-lac, et a échangé ses vues avec lui sur la reprise des pourparlers à six. Il rencontrera, cet après-midi, le Vice-Ministre des Affaires étrangères et chef de la délégation aux pourparlers à six de la RPDC Ri Yong-ho. Nous publierons, en temps opportun, des informations sur cette rencontre.

Q : Le Ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré hier soir que la vente d'armes par les Etas-Unis à Taiwan porterait atteinte aux échanges et à la coopération sino-américains dans les domaines militaire et sécuritaire. Veuillez en préciser les impacts. Est-ce que la Chine sanctionnera les entreprises américaines concernées ?

R : La question de Taiwan relève des affaires intérieures de la Chine, met en jeu la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, et touche aux intérêts fondamentaux de notre pays et aux sentiments nationaux des 1,3 milliard de Chinois. La Chine s'oppose fermement à la vente d'armes par tout gouvernement étranger à Taiwan. Cette position est constante et claire. Les Etats-Unis, au mépris des maintes démarches solennelles entreprises la Chine, ont annoncé la vente d'armes sophistiqués à Taiwan, ce qui constitue une grave violation des principes des trois communiqués conjoints sino-américains, notamment de celui du 17 août 1982, une grave ingérence dans les affaire intérieures chinoises et une grave atteinte à la sécurité nationale et à l'œuvre de la réunification de la Chine, et nuit aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité dans le Détroit de Taiwan. Cela est absolument inadmissible pour le gouvernement et le peuple chinois. Cet acte erroné de la partie américaine portera inévitablement atteinte aux relations sino-américaines et aux échanges et coopération entre les deux pays dans les domaines militaire et sécuritaire. La responsabilité en est totalement du côté des Etats-Unis.

Je voudrais indiquer que personne ne peut ébranler la ferme volonté du gouvernement et du peuple chinois de défendre la souveraineté et l'intégrité territoriale du pays, et de combattre les ingérences extérieures. Nous exhortons la partie américaine à bien comprendre la haute sensibilité et le grand danger de la vente d'armes à Taiwan, à respecter effectivement la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, à observer les trois communiqués conjoints sino-américains et les règles fondamentales régissant les relations internationales, et à adopter sans tarder des mesures efficaces pour réparer les erreurs, en annulant le projet de vente en question, en cessant toute vente d'armes à Taiwan et en mettant fin à leurs liens militaires avec Taiwan, afin d'éviter de compromettre davantage le développement stable des relations sino-américaines et la dynamique du développement pacifique des relations inter-détroit.

Je voudrais souligner que quiconque se livre ou participe aux activités nuisant à la souveraineté et à l'intégrité territoriale de la Chine fera certainement l'objet de l'opposition du peuple chinois.

Q : Le Quotidien du Peuple a récemment publié un article affirmant que la coopération entre l'Inde et le Viet Nam dans l'exploration pétrolière et gazière en Mer de Chine méridionale constituait une violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de la Chine. Qu'en pensez-vous ?

R : La Chine jouit d'une souveraineté incontestable sur les îles Nanhai et les eaux adjacentes. Cette affirmation est bien fondée sur les plans historique et juridique. Les activités d'exploration pétrolière et gazière menées par toute compagnie étrangère dans les eaux sous juridiction chinoise, tant qu'elles n'ont pas reçu l'autorisation de la Chine, sont illégales, nulles et non avenues. Nous invitons les compagnies étrangères concernées à respecter la souveraineté et les droits et intérêts de la Chine, et à ne pas prendre part aux activités d'exploration pétrolière et gazière concernées pour éviter de se mêler dans les litiges en mer de Chine méridionale.

Q : La Chine prendra-t-elle des contre-mesures plus sévères pour manifester son mécontentement sur la vente d'armes par les Etats-Unis à Taiwain ?

R : Les Etats-Unis vendent des armes à Taiwan au mépris des maintes démarches solennelles entreprises par la Chine, ce qui constitue une grave violation des principes des trois communiqués conjoints sino-américains, notamment de celui du 17 août 1982, une grave ingérence dans les affaire intérieures de la Chine et une grave atteinte à la sécurité nationale et à l'œuvre de la réunification de la Chine, et nuit aux relations sino-américaines et à la paix et à la stabilité dans le Détroit de Taiwan. Cet acte va à l'encontre de la dynamique actuelle du développement pacifique des relations inter-détroit et à l'esprit de la construction d'un partenariat sino-américain. La Chine en exprime sa vive indignation et sa ferme opposition.

Nous l'avons déjà indiqué et exhorté les Etats-Unis à respecter effectivement la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, à observer effectivement les trois communiqués conjoints sino-américains et à adopter sans tarder des mesures efficaces pour réparer les erreurs, en annulant le projet de vente en question, en arrêtant toute vente d'armes à Taiwan et en mettant fin à leurs liens militaires avec Taiwan, afin d'éviter de compromettre davantage l'intérêt général des relations sino-américaines et la paix et la stabilité dans le Détroit de Taiwan.
  • Icon-world  MAE
  • 22 Sep 2011

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts