L’ONG JVE-Côte d’Ivoire tire la sonnette d’alarme

Medium_1
JVE-CI invite le gouvernement à revoir sa copie sur la question des terres sans maitres.
Générations Nouvelles | 19 juin 2023

L’ONG JVE-Côte d’Ivoire tire la sonnette d’alarme

Devant la presse, vendredi dernier, l’Organisation non gouvernementale Jeunes volontaires pour l’environnement Côte d’Ivoire (JVE-CI) a tiré la sonnette sur la désormais épineuse question des terres sans maitre. Le conférencier a soutenu que le décret du 3 mai 2023 constitue un risque d’effritement de la cohésion sociale

Lamine Coulibaly

Pour l’Organisation non gouvernementale Jeunes volontaires pour l’environnement Côte d’Ivoire, le décret du 3 mai 2023 définissant « des terres sans maitres » est une bombe à retardement qui mettra à mal « la cohésion sociale » à long terme. C’est au cours d’une conférence de presse tenue par l’organisation, le vendredi 16 juin dernier, à Abidjan, en prélude à la Journée mondiale de la lutte contre la désertification et la sécheresse. Nahounou Daléba, chargé des luttes non violentes au sein de JVE-CI, conférencier du jour a, dans un plaidoyer à l’endroit des autorités gouvernementales, indiqué que cette mesure fait peser « une menace d’expropriation des propriétaires terriens ».

Il a en outre indiqué ne pas comprendre l’empressement du gouvernement à « déclarer des terres sans maitres alors que les populations n’arrivent pas à s’établir un certificat foncier ». Ce qui, pour lui, est plus lié à la lourdeur des procédures administratives plus qu’à un manque de volonté des populations. JVE-CI pousse l’inquiétude jusqu’à s’interroger s’il n’y a pas une volonté manifeste d’exproprier les populations paysannes de leurs terres pour ensuite les revendre aux multinationales.

Comme solution, l’ONG invite le gouvernement au respect et à la protection des droits coutumiers des communautés villageoises et les tenir loin « de la spéculation sur le foncier ».

« C’est un risque de mise en difficulté de la cohésion sociale que de vouloir passer des terres communautaires sous tutelle individuelle. Il suffit de voir l’impact, l’importance de la terre dans nos cultures, nos sociétés pour mesurer l’enjeu de ce qui se joue », a relevé le conférencier, avant d’expliciter la position de l’ONG Jeunes volontaires pour l’environnement.

« Pour nous, il est fondamental qu’on ne touche pas à ces terres. Que le droit coutumier soit respecté », telle est formulée la position de JVE-CI. Selon le conférencier, « la terre en milieu rural a une valeur culturelle, historique, sociale. Elle n’est pas que pécuniaire ». C’est pourquoi l’ONG fait le présent plaidoyer pour que ces aspects soient pris en compte par les décideurs pour ainsi revoir leur copie sur la question des terres sans maitre.

JVE-CI qui pense que la question est très sensible pour être prise à la légère, a lancé un appel « à la mobilisation générale pour la protection des terres communautaires ».
  •   GN
  • 19 June 2023
  • Send a letter calling on the financial backers of Agilis Partners to stop the land grabs and human rights violations against the Kiryandongo community in Uganda
  • Who's involved?

    Whos Involved?


  • 11 Sep 2024 - Bruxelles
    Projection "Landgrabbed"
  • Languages



    Special content



    Archives


    Latest posts