Boghé : le GIE DYNN tient une assemblée générale extraordinaire

Medium_gynn_img_20230101_wa0072
« Ce travail inlassable a été couronné par la signature d’un protocole d’accord avec la société américaine African Agriculture que je qualifierai de contrat du siècle »
CRIDEM 03-01-2023

Boghé : le GIE DYNN tient une assemblée générale extraordinaire

Brakna-Infos - Le GIE-DYNN (Groupement d’intérêt économique-Dental Yaakaare Ndema e Ngaynaaka) qui réunit 18 coopératives du Casier Pilote de Boghé, a tenu une assemblée générale extraordinaire ce dimanche 1er janvier 2023, dans les locaux du lycée technique de Boghé.

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, le compte-rendu du Conseil d’administration sur les négociations menées depuis la dernière assemblée du 11 septembre dernier ayant abouti à la signature d’un protocole d’accord le 16 décembre 2022 entre le GIE DYNN et la société américaine African Agriculture Inc à Washington DC (USA) et les propositions et recommandations du Conseil d’administration pour les prochaines étapes.

Après la lecture de quelques versets coraniques, le ballet des allocutions a été ouvert par le Général Dia Adama, Président de la Fédération mauritanienne de l’agriculture qui a d’abord exprimé « toute sa joie de prendre part à cette rencontre » avant de remercier le CA du GIE DYNN pour son engagement inlassable au service du développement communautaire local.

« Ce travail inlassable a été couronné par la signature d’un protocole d’accord avec la société américaine African Agriculture que je qualifierai de contrat du siècle », a-t-il dit. Le Président de la Fédération mauritanienne de l’agriculture a lancé un appel à l’unité et la cohésion mettant en garde contre « les supputations qui vont bon train sur les réseaux sociaux et qui peuvent porter préjudice aux efforts consentis ».

Prenant la parole à son tour, Le Maire adjoint, M. Dia Mamoudou a souhaité la bienvenue aux participants et a abondé dans le même sens en appelant tous les acteurs impliqués dans cette filière à resserrer leurs rangs pour atteindre les objectifs visés.

Après cet échange d’allocutions, le Président du CA du GIE DYNN, M. Ngaïdé Ibrahima Kayyou, après avoir rappelé les points inscrits à l’ordre du jour, a fait un compte-rendu détaillé des dernières évolutions notées depuis la tenue de la 8e Assemblée générale ordinaire tenue le 11 septembre dernier.

Il a d’abord évoqué les pourparlers avec la firme marocaine AQUAMAG qui n’ont pas abouti avant de révéler le contenu du Protocole d’accord dénommé « Développement d’un projet d’agriculture commerciale » signé le 16 décembre 2022 entre le GIE DYNN, African Agriculture Inc et le gouvernement de la Mauritanie.

Ce protocole entre dans le cadre de la nouvelle vision du gouvernement et du GIE depuis sa création en 2018 en matière de valorisation du patrimoine foncier agricole. Il a été obtenu grâce à l’appui du Ministère des affaires économiques et de la promotion des investissements par le biais de l’APIM. Les termes du contrat stipulent que « 80% des terres actuellement aménagées de l’extension du CPB soit 1626 ha seront mis à la disposition de AA Inc. dans l’état où elles se trouvent ».

Pour ce faire, une redevance annuelle de 300 USD par hectare sera payable par le partenaire américain au GIE DYNN à l’avance dès le début des travaux de mise en valeur soit 1626 ha x 300=487 800 USD et 5% des bénéfices réalisés sur cette partie seront aussi payables par AA Inc. ou son représentant en Mauritanie au GIE DYNN pour le renforcement de ses capacités. En outre, 20% des superficies restantes seront entièrement pris en charge par AA Inc. (de l’aménagement complet et mise en valeur complète jusqu’à la récolte finale) et les récoltes seront au bénéfice du GIE à qui il incombe de choisir les variétés cultivées.

Sur un autre chapitre, l’accord stipule également que « le GIE sera impliqué dans la gestion de African Agriculture Mauritanie à raison de 2 membres au moins au sein du Conseil d’administration dont un vice-président et deux membres aussi au moins au sein de la direction générale dont le DGA ».

Quant à la durée de la convention, elle est de 20 ans avec « possibilité de renouvellement si toutes les parties sont satisfaites ». Enfin, le protocole comporte aussi d’autres avantages pour le GIE dont notamment les priorités d’emploi aux compétences locales, la formation du personnel à raison de 30 personnes au moins par an, en priorité les jeunes, le développement d’un centre de réinsertion des jeunes filles, le renforcement des capacités et la prise en charge des coûts liés à l’eau et à l’électricité.

Après la présentation du contenu du protocole d’accord, la parole a été donnée aux délégués des 18 coopératives qui ont unanimement salué les efforts consentis par les membres du Conseil d’administration pour obtenir cet accord « qui ne manquera pas de contribuer de manière significative au développement de notre agriculture ».

Medium_20230101_134913
Les délégués ont interpellé le CA sur un certain nombre de préoccupations sur le contenu du protocole d’accord signé avec les américains
Ensuite, ils ont interpellé le CA sur un certain nombre de préoccupations sur le contenu du protocole d’accord signé avec les américains (notamment la prise en compte du volet sanitaire, le choix des futurs employés selon des critères objectifs tels que la compétence, la signature d’autres contrats avec des partenaires locaux qui ont déjà exprimé le désir d’exploiter nos terres à l’image de GBA et Waalomen).

Ils n’ont pas manqué également d’évoquer les problèmes récurrents du CPB ancien auxquels font face leurs coopératives à savoir les difficultés liées à la mise en valeur des terres destinées à la polyculture, la mauvaise qualité des aménagements qui handicape l’accès à l’eau pour plusieurs parcelles, la pérennité de la mise en eau du canal d’irrigation pour permettre aux producteurs maraîchers de poursuivre leurs campagnes agricoles etc.

Après les réponses apportées par le Président du CA, l’Assemblée générale a adopté à 100% quatre résolutions. La 1ère « félicite vivement le Conseil d’administration et l’encourage à aller de l’avant dans toutes les initiatives pouvant conduire à d’autres succès » après avoir pris connaissance des termes de l’accord signé le 16 décembre 2022. La deuxième résolution recommande au CA du GIE DYNN « d’étudier en concertation avec Waalomen et GBA, toutes les formes de collaboration mutuellement avantageuses pour toutes les parties ».

Quant à la troisième, elle demande au Conseil de « mener toutes démarches propres à faire bénéficier au CPB ancien et par extension aux autres kolaade (terres) des conditions jugées avantageuses du Protocole d’accord du 16 décembre 2022 ». Enfin, la quatrième résolution se rapporte à l’achèvement de la mise à jour des listes des membres du GIE DYNN dans la perspective de l’établissement des titres de propriété.

Ont pris part à cette assemblée générale extraordinaire, outre le Président du CA, M. Ngaïdé Ibrahima Kayyou, les autres membres du Conseil (Mariata Abdallahi Dia, Kelly Oumar, Samba Ngaïdé, Dia Moussa Alhousseynou, Yall Zakaria, Abou O. Ahmed Babou, Djigo Moussa, Amadou Moussa Boye et Hamadi Abou Wagne) ainsi que le Président de la Fédération mauritanienne des agriculteurs, le Général Dia Adama. MM. Ngaïdé Amadou Moussa, Lam Aliou et Sy Alhousseïnou, respectivement directeur général du CPB Extension, directeur du CPB ancien et Responsable communication et marketing étaient également à ce rendez¬-vous, le 2e du genre en mois de 4 mois.

Notons que le GIE DYNN est créé en juin 2018 après la fin des travaux d’extension du Casier pilote de Boghé. Après avoir cherché en vain des financements du Crédit agricole pour exploiter ces nouvelles superficies, le GIE a décidé de signer un partenariat avec INMA-AGRO, un groupe privé mauritanien qui opère dans le secteur. Un comité de pilotage cogéré par les deux institutions a été mis en place pour assurer le suivi du projet.

La 1ère campagne rizicole avait démarré en février 2019 dans le cadre d’une exploitation collective des superficies emblavées. La 8e assemblée générale avait recommandé la recherche de nouveaux partenaires eu égard à certaines contraintes du partenaire local. Le protocole qui vient d’être signé à Washington sous l’œil vigilant du gouvernement mauritanien pourrait-il booster la filière agricole boghéenne ?

Dia Abdoulaye
  • Send a letter calling on the financial backers of Agilis Partners to stop the land grabs and human rights violations against the Kiryandongo community in Uganda
  • Who's involved?

    Whos Involved?

    Languages



    Special content



    Archives


    Latest posts