Les visées de l'Arabie saoudite sur les terres fertiles du continent

TWITTER
FACEBOOK

Classés parmi les "accapareurs de terres" par l'ONG Grain, les saoudiens se tournent vers l'Afrique (Photo : Sylvain Savolainen/Cosmos)

Jeune Afrique | 01/12/2009

Par : Rémi Carayol

L’idée n’est pas nouvelle, mais elle fait son chemin depuis la tenue, les 14 et 15 novembre à Addis-Abeba, du premier forum économique entre l’Arabie saoudite et les pays d’Afrique de l’Est. Une manifestation qui a permis à Riyad de plaider sa cause et de renouveler son intérêt pour les terres agricoles de cette partie du continent.

Durant deux jours, Djibouti, l’Éthiopie, le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, la Somalie et la Tanzanie ont discuté affaires avec le royaume, qui avait dépêché pas moins de quatre ministres (Finances, Agriculture, Commerce et Industrie, Transports) et des dizaines de représentants de firmes nationales. De leur côté, les présidents djiboutien et somalien s’étaient déplacés avec les Premiers ministres éthiopien et rwandais.

L’objectif officiel du forum était, selon les organisateurs, « d’étudier les moyens de renforcer les liens économiques » entre « le premier exportateur de pétrole au monde » et « une région au potentiel important ». Ce « potentiel », pour Riyad, prend surtout la forme de vastes étendues inexploitées et des perspectives économiques alléchantes. La région africaine offre une main-d’œuvre bon marché et un potentiel de 130 millions de consommateurs. En contrepartie, « l’Arabie saoudite offre des produits et des services de très bonne qualité, nous devons tout faire pour qu’ils pénètrent dans nos marchés », a déclaré le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh. En 2008, les échanges commerciaux entre le royaume et l’Afrique de l’Est se sont élevés à 3 milliards de dollars.

Mais le film diffusé à l’ouverture du forum et vantant les ressources naturelles de l’Afrique de l’Est l’a rappelé?: elle recèle des terres fertiles. Or l’Arabie saoudite, l’un des plus gros importateurs mondiaux d’aliments, cherche des surfaces exploitables pour nourrir sa population. Elle figure parmi les État « accapareurs de terres », selon Grain. L’ONG énumérait les projets d’acquisitions de terres agricoles par les Saoudiens en Éthiopie, en Ouganda et au Soudan, notamment.
Original source: Jeune Afrique
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment