L’agro-industriel Safacam, filiale camerounaise de Socfin, essuie des protestations contre sa certification Rspo

TWITTER
FACEBOOK
Investir au Cameroun | 05 juillet 2021

L’agro-industriel Safacam, filiale camerounaise de Socfin, essuie des protestations contre sa certification Rspo

(Investir au Cameroun) - Réunis au sein de la Synergie nationale des paysans et riverains du Cameroun (Synaparcam), des riverains des plantations de la Société africaine forestière et agricole du Cameroun (Safacam), filiale de la luxembourgeoise Société financière des caoutchoucs (Socfin), ont lancé, le 1er juillet à Yaoundé, une action de protestation contre la certification Rspo obtenue fin 2020 par l’agro-industriel. La Rspo est un organisme industriel qui certifie les plantations selon des critères environnementaux et sociaux.

Pour le leader communautaire Michel Essonga : « Il est difficile de comprendre comment Safacam a pu obtenir un certificat Rspo sans changer totalement ses pratiques. Elle est loin d'être une entreprise responsable. Elle viole nos droits fonciers et pollue nos ruisseaux et rivières. Les gens sont intimidés et harcelés. Pourquoi les auditeurs n'ont-ils pas pris nos doléances en considération ? Cela ne nous laisse pas d'autre choix de demander le retrait du certificat. »

Selon les plaignants, l'annonce de la consultation pour cette certification, par exemple, n'a pas été faite dans la langue appropriée. Aussi, les communautés et les sous-groupes dans les communautés n'ont pas pu se joindre aux réunions de consultation, ou n'ont tout simplement pas été invités, en particulier ceux des membres de la communauté qui se caractérisent par une position critique des opérations de la compagnie. Une situation qui va à l'encontre de l'exigence de la Rspo qui demande d'inclure toutes les informations et parties prenantes pertinentes dans les évaluations de la conformité des entreprises avec la norme Rspo.

Pour sa part, Samuel Nguiffo, Secrétaire général de l’ONG camerounaise dénommée Centre pour l’environnement et le développement (CED) a déclaré : « la Rspo et l’organisme de certification SCS créent un précédent fâcheux, et donnent l’impression qu’il n’est pas nécessaire d’adopter des standards sociaux et environnementaux d’opération pour être certifié Rspo. Le système de certification a sérieusement perdu de la crédibilité au Cameroun ».

L'indépendance de l'audit en question

L’on apprend du Synaparcam que plusieurs parties prenantes de la société civile ont déposé une plainte chez l'organisme de certification SCS Global Services (SCS), en novembre 2020 et puis chez l’organisation d’accréditation (Assurance services international) en juin 2021 en raison du processus de certification « défaillant », ayant conduit à deux décisions de certification positives jusqu'à présent au Cameroun et en Côte d'Ivoire, pour des compagnies dont les opérations restent controversées.

« Les différents litiges fonciers décrits en détail par les membres de la communauté n’ont pas été évalués par les auditeurs de SCS. Ces conflits fonciers, tout comme d’autres griefs, n’ont pas été incorporés dans le rapport d'audit public sommaire de SCS. L'indépendance de l'audit a été remise en question par des communautés pendant l'audit en question, au point qu'une communauté a renvoyé l'équipe d'audit, refusant de s’entretenir avec elle du fait de griefs précis mettant en cause les auditeurs. Au moins deux membres de la communauté font état d'intimidations de la part de Safacam en rapport avec l'audit. Garantir la confidentialité et un espace sûr pour la tenue des réunions sont des objectifs qui n'ont pas été atteints. Des questions fondamentales se posent également quant à la raison pour laquelle seule une partie des plantations de Safacam a été auditée par SCS », déclare l’organisation des riverains.

Sollicitée depuis fin juin 2021, l’agro-industriel Safacam est plutôt resté silencieux. Investir au Cameroun n’a pas pu avoir sa réaction ou sa version de faits face à ces protestations contre sa certification. Les plantations de Safacam sont le résultat d'un long processus de développement de l’agriculture à grande échelle qui a commencé en 1897 lorsque le Cameroun était sous protectorat allemand. Elles sont situées dans la localité de Dizangué et de Mouanko, dans la région du Littoral.

Sylvain Andzongo
Original source: Investir au Cameroun
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment