Indonésie : Des plantations de palmiers à huile aux effets nocifs

TWITTER
FACEBOOK

Human Rights Watch | 3 juin 2021

Indonésie : Des plantations de palmiers à huile aux effets nocifs

Le gouvernement manque à son devoir de protéger les communautés affectées et l'environnement

(Jakarta, le 3 juin 2021) - Les dommages causés à des communautés et à l'environnement par une plantation de palmiers à huile dans l'ouest du Kalimantan, en Indonésie, démontrent l'incapacité du gouvernement à appliquer ses propres politiques et lois, a déclaré Human Rights Watch dans un rapport publié aujourd'hui. Le gouvernement n’a pas renforcé sa protection des habitants et des terres, et certaines nouvelles lois pourraient même faciliter ce type d’abus.

Le rapport de 71 pages, intitulé « “Why Our Land”: Oil Palm Expansion in Indonesia Risks Peatlands and Livelihoods » («“Pourquoi notre terre ? ”: Des plantations de palmier à huile en Indonésie affectent des tourbières et des moyens de subsistance ») examine les activités de PT Sintang Raya, une filiale du groupe agroalimentaire sud-coréen Deasang Corporation, dans trois villages de la province du Kalimantan occidental.

Human Rights Watch a constaté que cette entreprise a établi et puis élargi ses plantations dans des zones où se trouvaient des tourbières, malgré leur rôle important dans le ralentissement du changement climatique. Ceci a été fait sans avoir véritablement consulté au préalable les résidents locaux, et sans leur proposer une compensation adéquate pour la perte de leurs terres agricoles ou de leurs moyens de subsistance. La police a harcelé, intimidé et poursuivi les villageois qui ont voulu résister à ces mesures, ou ont protesté.

« Les autorités indonésiennes autorisent les entreprises productrices d'huile de palme à détruire les tourbières et à causer d'autres dommages à l'environnement sans égard pour les droits des communautés locales ou les conséquences environnementales », a déclaré Juliana Nnoko-Mewanu, chercheuse senior auprès de la division Droits des femmes à Human Rights Watch et auteure du rapport. « Le gouvernement indonésien devrait veiller à ce que les entreprises respectent les lois protégeant les droits fonciers des habitants, ainsi que les lois environnementales, notamment à l’égard de la crise climatique. »

Human Rights Watch a interrogé plus de 90 habitants de trois communautés locales, Seruat Dua, Mengkaleng Jambu et Olak-Olak. Human Rights Watch a aussi adressé des courriers aux  sociétés PT Sintang Raya et PT Miwon Indonesia Tbk, ainsi qu’à leur maison-mère, le groupe sud-coréen Daesang Corporation, mais n’a pas reçu de réponse à diverses questions. Des responsables du gouvernement indonésien ont été informés des conclusions préliminaires du rapport, mais n’ont pas transmis de réponse à ce sujet.

Le gouvernement indonésien ne protège pas suffisamment les droits des communautés vivant à proximité des tourbières qui sont converties dans des terrains destinés à l'agriculture commerciale. Le gouvernement autorise également la destruction à grande échelle de l’un des plus importants puits de carbone du monde, a déclaré Human Rights Watch. Les tourbières en Indonésie stockent environ 80 milliards de tonnes de carbone, soit environ 5 pour cent du carbone stocké dans le sol à travers le monde.

L’Indonésie, premier producteur mondial d’huile de palme, a défriché de vastes parties de ses forêts naturelles, y compris des tourbières boisées, pour faire place à des plantations de palmiers à huile. Ceci a considérablement augmenté les émissions par l’Indonésie de gaz à effet de serre.

Le gouvernement indonésien devrait plutôt protéger les droits fonciers des communautés rurales, selon Human Right Watch. Le gouvernement devrait enquêter sur les actions des entreprises productrices d'huile de palme, et sanctionner celles qui n'ont pas respecté les lois sur l'acquisition de terres et sur la gestion durable de l'environnement, et qui portent atteinte aux moyens de subsistance des communautés locales.

Communiqué complet en anglais : en ligne ici.

Original source: HRW
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment