L’industrie agricole n’est pas suffisamment attachée aux droits de l’homme

TWITTER
FACEBOOK
Les producteurs de viande de volaille sont pointés de doigt par Germanwatch et Misereor.
Nouvelles du Monde | 14 janvier 2020

L’industrie agricole n’est pas suffisamment attachée aux droits de l’homme

By drbyos

À l’occasion de la foire agricole de la Semaine verte à Berlin, les ONG veulent accroître la pression sur le gouvernement fédéral pour obliger légalement les entreprises agricoles à fournir davantage de protection des droits de l’homme.

Berlin - Les entreprises agricoles allemandes ne sont pas à la hauteur de leur responsabilité de protéger les droits de l’homme. C’est le résultat d’une étude des organisations Germanwatch et Misereor, qui sera présentée à Berlin ce mercredi. “Bien que des violations des droits de l’homme se produisent fréquemment dans le secteur agricole et alimentaire dans le monde, jusqu’à présent, aucune des 15 grandes entreprises allemandes examinées n’a suffisamment pris en compte le respect de ces droits dans leur entreprise”, se plaignent les auteurs.

À la foire agricole de la Semaine verte à Berlin, ils veulent accroître la pression sur le gouvernement fédéral pour obliger légalement les entreprises à s’engager davantage en faveur des droits humains. La politique traite ce sujet depuis des années. Le gouvernement fédéral a commencé à interroger les entreprises sur le thème de la protection des droits de l’homme. Le ministre des Affaires sociales, Hubertus Heil, a pour l’instant qualifié de “décevant”.

Avec le ministre du Développement Gerd Müller (CSU), le politicien du SPD fait campagne pour une loi sur la chaîne d’approvisionnement qui obligerait également les entreprises allemandes à respecter les normes des droits de l’homme dans leurs affaires internationales.

Le ministre des Affaires économiques, Peter Altmaier (CDU), quant à lui, juge prématuré une décision sur les exigences contraignantes; il souhaite attendre la deuxième phase de l’enquête auprès des entreprises et l’évaluation des résultats globaux. Un “processus de suivi solide et factuel” est nécessaire, selon le ministère de l’Économie.

Cependant, certains éléments indiquent que l’enquête montrera que l’engagement à la mode d’une «bonne gouvernance d’entreprise» entre souvent en conflit avec la réalité. Les organisations de défense des droits de l’homme ont déterminé qu’aucune des 20 plus grandes entreprises allemandes ne répond pleinement aux normes minimales en matière de droits de l’homme définies par l’ONU. L’étude actuelle des ONG s’inscrit dans le tableau.

Les producteurs de viande de volaille en particulier font jusqu’à présent trop peu, critiquant Germanwatch et Misereor. La culture du soja comme aliment pour animaux entraîne des “expulsions de terres et l’utilisation de pesticides toxiques”. Les auteurs voient donc “une action législative urgente”. Toutes les entreprises ne sont pas contre cela. Plus récemment, 42 entreprises allemandes ont opté pour une loi sur la chaîne d’approvisionnement, dont Tchibo, Ritter Sport, Nestlé Allemagne et Hapag-Lloyd.

Le patron de la DGB, Reiner Hoffmann, appelle la grande coalition à agir: “Nous avons donné aux entreprises la possibilité de s’engager à respecter les normes dans leurs chaînes d’approvisionnement, mais l’évaluation a montré que trop peu de choses se sont produites”, a déclaré le dirigeant syndical le Handelsblatt. “C’est pourquoi nous avons également besoin de règles du jeu contraignantes.”
Original source: Nouvelles du Monde
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment