Bukanga Lonzo, Africom Commodities reclame 20 millions des USD à la RDC

TWITTER
FACEBOOK
Mediacongo.net | 06.04.2019

Agriculture : Bukanga Lonzo, Africom Commodities reclame 20 millions des USD à la RDC

Le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo, situé à près de 300 km à l’est de Kinshasa, a été conçu comme un moyen de stimuler la production alimentaire mécanisée en République démocratique du Congo. Mais à présent, le parc est en ruine et un nouveau rapport de l’Oakland Institute indique que des membres de la communauté ont été induits en erreur et maltraités lors de sa construction.

Africom Commodities, le principal investisseur dans le parc, réclame actuellement près de 20 millions de dollars de dommages et intérêts au gouvernement congolais pour non-paiement des dépenses engagées dans le parc.

Quand le 5 mars 2015, Joseph Kabila, alors président de la République démocratique du Congo, s’est hissé dans un tracteur pour fêter la première récolte du parc agro-industriel de Bukanga Lonzo, c’était censé être un moment triomphant. Un peu moins de 300 kilomètres à l’est de la capitale Kinshasa, le parc avait été présenté comme une solution de pointe pour remédier aux pénuries alimentaires en RDC.

Réunissant le gouvernement congolais dans un « partenariat public-privé » avec une société sud-africaine, Africom Commodities, Bukanga Lonzo avait pour objectif ambitieux de transformer près de 800 kilomètres carrés de terres en un béhémide de l’agriculture mécanisée qui pourrait fournir la faim à Kinshasa. les résidents avec du maïs, du manioc et d’autres produits alimentaires.

Mais quatre ans plus tard, le parc s’est presque effondré , la production s’arrêtant entre les mains des autorités congolaises et de la direction de Africom Commodities. En mai 2018, la société a déposé une réclamation de près de 20 millions de dollars devant la Cour internationale d’arbitrage de Paris, affirmant que le gouvernement congolais avait cessé d’effectuer les paiements programmés nécessaires au bon fonctionnement du parc.

Un rapport publié jeudi par le groupe de surveillance basé aux Etats-Unis, l’Oakland Institute, indique que le parc était défectueux depuis le début. Il allègue que les agriculteurs des villages voisins ont été induits en erreur et dépossédés de leurs terres coutumières et qu’un rapport d’audit divulgué suggère que la corruption pourrait être en partie responsable de l’échec du parc.

«Vous ne pouvez pas aller de l’avant et développer l’idée que vous allez retirer des ressources de votre propre peuple à un investisseur étranger», a déclaré Frederic Mousseau, auteur du rapport et directeur des politiques à l’Oakland Institute. Mongabay dans une interview

Les défenseurs du modèle de parc agro-industriel soutiennent que les petits exploitants agricoles dans des pays tels que la RDC n’ont pas les compétences ni l’équipement nécessaires pour nourrir leur pays par eux-mêmes. Selon le Programme alimentaire mondial, seulement 30% de l’approvisionnement alimentaire du pays est produit à l’intérieur de ses frontières. Semblables aux zones économiques spéciales de la Chine, les parcs agro-industriels sont conçus comme des zones dans lesquelles des fonds publics sont dépensés pour attirer les investissements privés dans l’agriculture mécanisée, nécessitant généralement de vastes étendues de terres et des dépenses initiales élevées en infrastructures.

Bukanga Lonzo devait être le premier des 22 parcs agro-industriels de la RDC, couvrant une superficie totale de 15 000 km2 (5 800 km2), soit près de cinq fois la taille de Rhode Island. Des marchés spéciaux ont été mis en place à Kinshasa où les produits cultivés dans le parc pourraient être vendus aux résidents de la ville.

Toutefois, selon le rapport, un audit divulgué par Ernst & Young – commandé par le gouvernement congolais en 2015 par Mongabay – a révélé que le parc était dès le début victime de mauvaise gestion et d’arrangements financiers douteux. Plus de 100 millions de dollars de fonds publics ont été dépensés pour le projet, dont plus de la moitié a été transférée directement à Africom Commodities. Les fonds non comptabilisés et les prix supérieurs à la normale facturés pour l’équipement et les services décrits dans l’audit ont soulevé des soupçons de corruption dans la gestion du parc. L’ Indice de perception de la corruption 2018 deTransparency International classe la RDC parmi les 20 pays les plus corrompus du monde.

Le rapport affirme également que les communautés agricoles qui vivaient dans et autour de la zone délimitée pour le parc ont été trompées en signant des documents les dépouillant de leurs terres. L’un de ces documents, appelé «acte d’engagement», décrit des cadeaux donnés à une ville comprenant 7 000 dollars, une moto et des caisses de bière d’une valeur de 62 dollars. Mais selon Mousseau, les habitants de la ville ignoraient qu’ils cédaient les droits sur leurs terres et ont été induits en erreur en leur faisant croire que le parc leur fournirait des infrastructures telles que des routes, des écoles et de l’électricité.

«Il y a beaucoup de colère et de frustration», a déclaré Mousseau. « Les gens ont l’impression d’avoir été ignorés et maltraités. »

Mousseau s’est rendu à Bukanga Lonzo à l’été 2018, où il a déclaré avoir entendu des témoignages de membres de la communauté sur le fait qu’ils étaient attachés à un arbre et fouettés par la police lorsqu’ils se sont présentés aux portes du parc à la recherche de travail. D’autres ont déclaré avoir été arrêtés pour avoir pénétré sans autorisation en tentant de traverser des parties du parc qui étaient autrefois leur terre coutumière.

« Ils m’ont dit: ‘Racontez au monde ce qui nous arrive« , a déclaré Mousseau.

Patrick Kipalu, qui était directeur de la RDC pour le programme Forest People’s, basé au Royaume-Uni, entre 2012 et 2018, a déclaré avoir également été témoin de mauvais traitements infligés à des agriculteurs ruraux au cours des premières étapes du projet.

«Ils ont commencé le projet en prenant les terres des communautés sans leur consentement, en utilisant l’intimidation et toutes sortes de pouvoirs gouvernementaux mal placés pour les expulser de leurs propres terres coutumières», a déclaré Kipalu, qui travaille maintenant pour la Rights and Resources Initiative à Washington, DC

Les critiques disent que les problèmes du parc ne sont pas simplement liés à une mauvaise gestion, soulignant ce qu’ils disent être des défauts structurels avec le modèle lui-même. En 2009, le gouvernement congolais a publié une politique qui esquissait un plan visant à accroître la productivité agricole en répondant aux besoins des petits agriculteurs, mais sa mise en œuvre a pris du retard sur la planification de projets à grande échelle soutenus par des investissements étrangers tels que Bukanga Lonzo. Fortement encouragé par de puissantes institutions telles que la Banque mondiale et la Banque africaine de développement, M. Mousseau a déclaré que ce n’était pas la bonne façon pour la RDC de répondre à ses besoins en matière de sécurité alimentaire.

«Tant que vous pensez à la grande industrie et aux investisseurs, vous oubliez ce dont les agriculteurs ont besoin», a-t-il déclaré.

John Ulimwengu, chercheur principal à l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, n’est pas de cet avis. Un des premiers partisans du parc Bukanga Lonzo, a-t-il déclaré dans un courrier électronique, indiquant que le roulement du personnel dans les principaux ministères du gouvernement créait un «vide de leadership politique» qui affectait le financement et la supervision. Il a ajouté qu’une baisse des prix des produits de base avait réduit les revenus du gouvernement congolais, rendant difficile la poursuite du niveau de soutien financier nécessaire à la maintenance du parc.

«Nombre de ceux qui prétendent avoir échoué n’ont que peu de connaissances sur les moyens de déclencher un développement durable», a-t-il déclaré, citant les infrastructures déjà construites à Bukanga Lonzo comme exemples des réalisations du parc.

Le gouvernement congolais semble partager son évaluation, en annonçant un plan en mai 2018 pour réorganiser le parc en mettant davantage l’accent sur l’élevage.

Mais Kipalu dit que sans changements majeurs, le même résultat est probable: «Il s’agissait d’une solution externe mal adaptée au contexte local, imposée dans un système enraciné dans la corruption. C’est pourquoi cela n’a pas fonctionné ».

Enviro News / MCP, via mediacongo.net
Original source: Mediacongo.net
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment