En quête de cash, Luanda vend ses terres

TWITTER
FACEBOOK
Président du Consorcium Rede Camponesa, Gentil Viana (Photo: Pedro Parente)
La Lettre du Continent | 31 mai 2017

En quête de cash, Luanda vend ses terres

Luanda veut ouvrir l’accès à la mise en valeur de 30 millions d’ha de terres agricoles. Une initiative qui doit d'abord profiter aux proches du pouvoir.

Le Consortium Rede Camponesa (CRP), qui comprend plusieurs dizaines d'opérateurs angolais des filières agricoles, vient de lancer une campagne internationale afin de proposer l’accès à 38 millions d'hectares de terres arables du pays.

Clan présidentiel

Une forte délégation conduite par son président Gentil Viana, par ailleurs PDG de Drago Group, administrateur de l’Agence pour la promotion de l’investissement et de l’exportation (APIEX) gouvernementale et fondateur du Menha Business Park, dans le Lunda Norte a participé à la foire agricole de Rimini (Italie) du 8 au 15 mai et à une table ronde sur ce sujet avec la Chambre de Commerce Belgique-Luxembourg-ACP à Bruxelles, le 19 mai. Ce projet, lancé sur fond de crise économique aigüe après plusieurs mois de repli des cours du brut, vise à créer des marchés d’exportation. Des joint-ventures entre entreprises angolaises et étrangères seront créées à cet effet.

Economiste diplômé des universités de Jérusalem et de Memphis, aux Etats-Unis, ainsi que fondateur de la société Propin, le vice-président du CRP, Ariel Roberto Francos, a proposé son expertise pour la gestion de projets et des études de faisabilité dans le cadre de cette campagne. Si ce projet répond à un besoin de sortir l'économie du tout-pétrole, l’un de ses objectifs inavoués est de valoriser des terres appartenant à des officiers en retraite de l’armée et à des membres proches du premier cercle du président José Eduardo Dos Santos.

Manifestation d'intérêt

Un protocole d’accord portant sur la rentabilisation de 46 000 ha a déjà été signé en mars entre le CRP et la Ligue des militaires angolais dans la réforme (Limiar) dirigée par le colonel Augusto Sanda.

Autre partenaire de cette initiative : la société Fazenda Liberato recherche des associés pour exploiter 4 200 ha dans le nord du pays. Les groupes Novagrolider et Grupo Sodosa, qui alimentent Luanda en fruits et légumes, veulent également s'ouvrir à l'export tout comme la société hongkongaise China Dreal Group, active dans l’immobilier en Angola et présente à Conakry.

Cette initiative doit également être source d'emploi. Lors de son séjour en Belgique, Gentil Viana a insisté sur la nécessité d'impliquer les populations rurales. A suivre.
Original source: LdC
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment