Investissement agricole à Madagascar : les attentes et craintes mises à nu

TWITTER
FACEBOOK
Capture d'écran du reportage de Kolo TV sur l'expérience des paysans d'Ibity
New Mada 20/05/2017

Investissement agricole à Madagascar : les attentes et craintes mises à nu

Madagascar ambitionne de devenir le grenier à riz de l’océan Indien. Ce défi devra s’accompagner de plusieurs réformes. Madagascar devra impérativement ouvrir les espaces non valorisés à l’investissement agricole.

Le pays vient de bénéficier du programme national d’investissement agricole en élevage et pêche (PNIAEP). L’objectif est de pouvoir créer deux millions d’hectares en 10 ans de Zones d’investissement agricole (ZIA) et du Programme national foncier (PNF).

Pour mettre en œuvre ce projet, une consultation interrégionale afin de collecter les propositions des acteurs régionaux est organisée. Hier, lors de l’atelier destiné aux régions Boeny, Sofia et Betsiboka, les participants n’ont pas hésité à clarifier leurs craintes et leurs attentes. «Il est indispensable de réunir les avis de tous les principaux concernés pour mieux cerner les fondements de la ZIA», a fait savoir le représentant du ministère auprès de la Présidence, chargé des projets présidentiels, de l’ Aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), le colonel Joseph Ramiaramanana.

Sécurisation rurale

«La loi doit souligner que les investisseurs doivent connaître les réels besoins de la population et répondre au projet de développement de la localité. Un compromis doit être trouvé pour que toutes les parties ne se sentent pas lésées. Il faut également protéger l’investissement sans céder les terres aux étrangers». Des exemples de propositions tirées des travaux de commission à Mahajanga.

En tout cas, tous les participants ont été convaincus de l’utilité de l’investissement agricole. «Ce projet est indispensable pour le développement économique de Madagascar car nous avons beaucoup de terrains arables, pourtant nous sommes encore pauvres», a signifié le maire de la commune de Manaratsandry, Mampianina Jean Claude Rajaonarivony. Avis partagé par son confrère de Mahajanga, Mokhtar Salim Andriantomanga qui projette de faire de ce projet un levier pour combattre le taux de chômage élevé dans la commune urbaine de Mahajanga.

Pour le chef de la région Boeny, Saïd Ahmad Jaffar, «il s’agit d’une étape dans la sécurisation des zones ruraux. Mais également une étape pour la mise en œuvre du schéma régional de planification rurale».

Lundi prochain, la région Diana sera la prochaine destination de l’atelier pour la zone Nord suivi de la Sava le 7 juin prochain. Les mêmes ateliers sont également organisés en simultanée dans la Haute Matsiatra et Atsimo Andrefana.

Nadia
Original source: News Mada
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment