Au Cambodge, 400 000 petits agriculteurs reçoivent un titre foncier

TWITTER
FACEBOOK
Après l'Indonésie, le Cambodge serait un des pays où on enregistrerait le plus grand nombre de vastes transactions foncières pour créer des plantations, selon le rapporteur spécial de l'ONU

Commodafrica | 16 décembre 2016

Au Cambodge, 400 000 petits agriculteurs reçoivent un titre foncier

Le Cambodge met les bouchées doubles pour allouer des titres de propriété aux petits agriculteurs afin de réduire les conflits. Car on estime que quelque 770 000 Cambodgiens, environ un cinquième de la population, ont été affectés par des conflits fonciers entre de petits paysans et de grandes plantations ces 15 dernières années, rapporte Reuters.

Selon Seng Laut, porte-parole du ministère cambodgien des Terres, restaurer les droits fonciers est devenu une des priorités du gouvernement et avec des résultats, apparemment : chaque année, 400 000 petits propriétaires auraient reçu leur titre. Ces deux dernières décennies, plus de 4,3 millions de titres auraient ainsi été distribués. Selon le responsable, le pays devrait atteindre son objectif des 7 millions de titres distribués d'ici 2023.

"Lorsque toutes les parcelles seront enregistrées, les conflits prendront fin", a-t-il expliqué à la Fondation Thomson Reuters.

Rappelons que, lors du génocide à la fin des années 70, tous les titres fonciers avaient été détruits par les Khmer Rouge. Depuis, le gouvernement tente de retrouver les traces de propriété, allant jusqu'à envoyer sur le terrain des étudiants de l'université pour interroger les agriculteurs et tenter de reconstituer les droits des uns et des autres. Des instances spéciales foncières ont été constituées dans les régions agricoles afin de résoudre les conflits.

Après l'Indonésie, le Cambodge serait un des pays où on enregistrerait le plus grand nombre de vastes transactions foncières pour créer des plantations, selon le rapporteur spécial de l'ONU qui, en novembre, a présenté son rapport 'Tainted Lands : corruption in large-scale land deals'. Le gouvernement a d'ailleurs gelé depuis 2012 l'octroi de vastes concessions.

Actuellement, on recense 800 conflits fonciers en cours contre 7 500 en 2003.

Original source: Commodafrica
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment