Non à la vente des terres du Ndiael ! Restitution des terres aux populations ! ( Communiqué)

TWITTER
FACEBOOK
C’est un véritable marchandage foncier jamais vu au Sénégal qui est en cours pour bazarder sans états d’âme les terres des pauvres éleveurs et agriculteurs des 37 villages des Communes de Ngnith, Ronkh, Diama et Ross Béthio.
Ndar Info | 21 Octobre 2016

Non à la vente des terres du Ndiael ! Restitution des terres aux populations ! ( Communiqué)

La Compagnie Sen Huile continue d’occuper injustement les terres du Ndiael malgré les appels répétés d’évacuer ces terres des 37 villages du Ndiael (Commune de Ngnith).

De promesses en promesses en termes d’emplois et de types de cultures, cette Compagnie étrangère avec la complicité des anciens adversaires du Président de la République traine une réputation triste et une image indigne dans un Etat de droit.

Elle est accusée sans contestation de blanchiment d’argent et de corruption par son ancien allié Senethanol dirigé par Benyamin DUMAI et attributaire officiel des 20 000 hectares du Ndiael. Elle a fini de porter préjudice aux agriculteurs et éleveurs du Delta du Fleuve Sénégal en s’accaparant de l’espace qui était leur dernier refuge pour mener sans aucune aide de l’Etat leurs activités socio-économiques (élevage, agriculture, cueillette etc).

Par ailleurs, elle est considérée comme un poison dans la zone et un délinquant fiscal avec un redressement fiscal estimé à 1 milliards dont 350 millions viennent d’être honorés. Actuellement, les italiens de Tampieri Financial Group qui contrôlent Sen Huile ont déjà pillé nos ressources pastorales, agricoles et environnementales. Incapables de réussir leur deal, ils sont en négociation avec des entrepreneurs marocains pour leur céder des terres.

C’est un véritable marchandage foncier jamais vu au Sénégal qui est en cours pour bazarder sans états d’âme les terres des pauvres éleveurs et agriculteurs des 37 villages des Communes de Ngnith, Ronkh, Diama et Ross Béthio. En attestent quelques faits probants : « une machine offset essentielle à la préparation de la terre pour la culture du riz bazardée à un agent chargé de l’irrigation dans la plantation”, “sept pivots, des engins qui sont un dispositif central d'irrigation de cultures par aspersion (…) en vente”, et “cinq gros camions de chargement sur le marché”.

Face à cette situation inquiétante pour l’avenir des générations futures, le Collectif de Défense des Terres du Ndiael (CODEN) lance un appel au Président de la République en vue de leur restituer leus terres (leur source de vie et raison d’existence), car les populations ont des partenaires et des fils de bonne volonté pour le développement agropastoral du Ndiael.

Le Collectif de Défense des Terres du Ndiael (CODEN)
Original source: Ndar Info
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment