Affaire du village des sans terre: Le PM Modibo Keita n’en fait pas une priorité

TWITTER
FACEBOOK
L'Informateur | 3 juin 2015

Affaire du village des sans terre: Le PM Modibo Keita n’en fait pas une priorité

Après une édition de manifestation de leur mécontentement, face à l’attitude silencieuse des plus hautes autorités, par rapport à l’injustice commise à leurs égards, ces victimes ont décidé de faire un sit-in, suivi d’une marche, entre les 2 et 4 juin 2015. C’était la semaine dernière, à l’occasion d’une conférence de presse animée par les leaders du « village des sans terres », au cours de laquelle, ils ont dévoilé le programme de la Convergence Malienne pour l’Accaparement des Terres (CMAT), pour cette 2ème édition.

Dans une prise de parole, Massa Koné, le porte parole de la CMAT et non moins secrétaire général de l’UACDDDD dira que leur agissement s’inscrit dans une logique de continuité, tant que les litiges fonciers ne connaitront pas un règlement définitif. Il poursuit, en disant que le non règlement de ce problème, relève d’une mauvaise volonté des plus hautes autorités. De ce fait, il n’a pas hésité d’accabler le premier ministre Modibo Keita, pour son attitude silencieuse face à ce problème. Il a aussi porté un message à la connaissance du gouvernement du PM Keita : « ce qui se passe au Sud est pire que le problème du Nord et si rien n’est fait une rébellion n’est pas exclue », a mis en garde le chef de file des ‘’du village des sans terre’’.

Faisant un récit historique de leur regroupement, Nouhoum Koné de la CAD-MALI dira que cette coalition qui forme la CMAT et dont les éditions sont dénommées « village sans terre », est née suite aux injustices à répétition dans le domaine foncier dont sont victimes les populations vulnérables. Cette lutte pour qu’elle connaisse une issue a été entamée par des marches de protestation. Selon, les leaders de ce regroupement des sans voix la lutte a été engagée par une grande marche le 13 mars 2012 suivie d’un sit-in. Cette manifestation a regroupé les victimes de Bamako et environ ainsi que celles venues des autres localités du pays. Cette marche de protestation a eu écho favorable auprès des autorités, qui à travers 3 ministres de la République, à l’époque. Ceux-ci, se sont engagés à résoudre le différend au bout d’un mois. Mais suite aux événements de mars 2012 les revendications ont été rompues pour attendre l’année 2013. L’administration étant une continuité, la commission interministérielle qui a été mise en place et présidée par le ministre de l’Environnement et de l’Assainissement a traité 10 cas du mémorandum qui avait été soumis au Premier ministre pour sa mise en œuvre à travers la lettre N011 08/MEA-SG du 17 décembre 2013. Depuis, des engagements avaient été pris par le Premier ministre Oumar Tatam Ly. Ce dernier a pris des engagements par rapport aux 10 points prioritaires. Aussi en Avril 2014 la CMAT a été invitée par le gouvernement à participer à une mission sur les litiges fonciers dans les villages de Sanamandougou / Saou et des 7 villages du cercle de San. Les recommandations de cette mission ne seront jamais validées.

A titre de rappel, la CMAT est composée de l’AOPP, la CAD-MALI, la CNOP-MALI, la LJDH, l’UACDDDD. Aujourd’hui, elle englobe environ 3000 adhérents.

Diakalia M Dembélé
Original source: L'Informateur
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment