Logo-text

Nouvelle-Zélande : réserves sur la vente de terres à des entreprises étrangères

Alan Bollard

Agence France Presse | 27/09/10

Le gouverneur de la Banque centrale de Nouvelle-Zélande a émis quelques réserves lundi à propos du rachat par des entreprises étrangères, et notamment chinoises, de terres agricoles et autres ressources néo-zélandaises, un débat qui agite le pays depuis plusieurs jours.

"Je parle des exportations de produits non transformés, et de la question de savoir jusqu'à quel point ces produits sont détenus par la Nouvelle-Zélande et transformés en Nouvelle-Zélande, ou pas", a déclaré Alan Bollard à l'AFP.

"Dans certains secteurs, la transformation est d'ores et déja effectuée en Chine. On peut se demander si ce mouvement est inévitable, ou pas, et ce qui peut être fait en Nouvelle-Zélande", a-t-il ajouté. "Cela a à voir avec les relations commerciales avec la Chine", a dit le gouverneur.

La Chine ne cache plus son intérêt pour le secteur laitier de Nouvelle-Zélande, qui est numéro mondial des exportations dans ce domaine.

Mais plusieurs responsables néo-zélandais, dont le Premier ministre John Key, accueillent avec inquiétude la volonté de la Chine d'acheter de vastes terrains agricoles dans leur propre pays.

Les ministres ont désormais un plus grand pouvoir de décision lorsqu'ils examinent une demande d'achat de terres agricoles par des entreprises étrangères. Ces nouvelles règles leur permettent de déterminer si la vente d'une exploitation agricole à un investisseur étranger est dans le meilleur intérêt du pays, selon le ministre des Finances Bill English.

"Il est important d'accueillir les investissements étrangers", mais le gouvernement "reconnait aussi l'inquiétude légitime du public sur des aspects de certains investissements étrangers", a déclaré le ministre dans un communiqué.

Cette polémique est née du projet de rachat, par un groupe coté à Hong Kong, de vastes exploitations laitières en Nouvelle-Zélande aujourd'hui en faillite.

John Key, dont le gouvernement issu du parti National (centre-droit), compte de nombreux électeurs dans les régions agricoles, avait déclaré précédemment ne pas souhaiter que les Néo-zélandais deviennent "des locataires dans leur propre pays".
  • Icon-world  AFP
  • 27 Sep 2010

Who's involved?

Who's involved?


Languages



Special content



Archives




Latest posts