Rapport sur les progrès en Afrique 2010

TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Agriculteurs français et développement international | Lettre hebdo du 31 mai au 6 juin 2010 | English

Rapport sur les progrès en Afrique : valoriser les ressources de l’Afrique pour le bénéfice des africains

L’Africa Progress Panel, un groupe indépendant présidé par Koffi Annan, a présenté le 25 Mai son rapport annuel sur les progrès accomplis en Afrique depuis 2005 et les opportunités qui s’offrent au continent. M. Annan a expliqué que « l’avenir de l’Afrique est entre ses propres mains, mais son succès dans la gestion de ses propres affaires dépend de politiques d’encouragement et d’accords globaux ». Si l’Afrique ne manque ni de ressources, ni de connaissances, ni de projets, d’après l’ancien secrétaire général des Nations unies, « le progrès réside avant tout dans la mobilisation de la volonté politique, sur le continent comme au plan international ». Pour les auteurs, « de remarquables progrès dans de nombreux domaines » ont été réalisés depuis 2005, mais « plusieurs reculs, divers problèmes chroniques et les effets de la crise économique mondiale et du changement climatique se sont conjugués pour compromettre ces gains obtenus». D’après eux, la crise a ainsi mis en évidence un certain nombre de tendances inquiétantes : une inégalité grandissante, des revers dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement et une insécurité alimentaire croissante.

Sur le plan agricole, le rapport souligne que depuis 5 ans « la transformation de l’agriculture africaine s’est un peu accélérée » mais que d’énormes problèmes demeurent. L’Africa Progress Panel appellent les gouvernements africains, avec l’appui de la communauté internationale, à atteindre l’objectif de la déclaration de Maputo de 2003, affecter au moins 10 % de leur budget à l’agriculture. Actuellement, seuls huit pays1 atteignent cet objectif tandis qu’une majorité des gouvernements n’y consacrent pas plus de 4 %. Pour les auteurs, les progrès sont insuffisants dans de nombreux domaines comme l’utilisation efficace des sols, l’investissement dans les infrastructures rurales, la préservation des ressources naturelles, l’amélioration des marchés intérieurs, l’ouverture aux marchés internationaux et la réduction de la vulnérabilité des petits agriculteurs. Enfin, le rapport s’inquiète de l’augmentation des acquisitions massives de terre qui risquent d’aggraver encore l’insécurité alimentaire en Afrique et juge important « de veiller à ce que ces transactions soient équitables et transparentes et de concevoir des garanties efficaces dans la législation nationale ».
Original source: AFDI
TWITTER
FACEBOOK
TWITTER
FACEBOOK

Post a comment

Name

Email address (optional - if you want a reply)

Comment